A l’occasion du défilé militaire du 14 juillet, quatre avions militaires Xingus et deux Awacs ont décollé des pistes d’Avord pour survoler les Champs-Elysées, à Paris.

A 8h, c’était l’heure des toutes dernières vérifications. L’avion Awacs 204 aux couleurs du duc Jean de Berry était prêt à décoller. Si le pilote effectuait son premier vol au-dessus de Paris, pour le mécanicien de l'équipage, après 30 ans de carrière, c'était son dernier.

Le pilote effectuait son premier vol au-dessus de Paris F3


Après deux heures de trajet, c'est la surprise. Des mirages 2000 rejoignent le cortège aérien. Ils ont décollé de la base de Luxeuil-Saint Sauveur en Haute-Saône. L’occasion pour les équipages de se saluer !

Après 40 minutes d'attente dans les airs, c'est le grand moment. Le défilé au-dessus des Champs Elysées peut enfin démarrer.

Mais attention, ce moment est très court. Un trajet qui dure 15 secondes montre en main. Et déjà, il est temps de rentrer à la base.

L'avion Awacs dans le ciel de Paris pour le défilé militaire F3


Après ce passage dans le ciel de Paris à l’occasion de la fête nationale, l’avion et son équipage peuvent retourner à leur mission de surveillance de l'espace aérien et terrestre. Les quatre avions de la base d'Avord tournent régulièrement en Syrie notamment dans le cadre de l'opération Chammal de lutte contre Daech.