Découverte: le graphiste Gérard Lebègue donne une seconde vie aux photos de famille

Des photos de famille recomposées
Gérard Lebègue est graphiste de profession... Son hobby : chiner, sur les brocantes, à la recherche de vieux albums de photos de famille. Ces scènes anonymes, souvent énigmatiques, parfois cocasses, où posent d’illustres inconnus, il les recadre, les découpe, les juxtapose... Portrait de Gérard Lebègue  - France 3 Centre-Val de Loire - Luc Perot

Gros plan sur un travail original, celui de Gérard Lebègue. Ce graphiste de profession aime chiner sur les brocantes afin de récupérer des vieux albums photos de famille. Il recadre ensuite les clichés et les juxtapose, réinventant ainsi des histoires avec une certaine poésie.

Par Luc Perot / A Moreau


Gérard Lebègue est graphiste de profession. Son hobby : chiner, sur les brocantes, à la recherche de vieux albums de photos de famille. Ces scènes anonymes, souvent  énigmatiques, parfois cocasses, où posent d’illustres inconnus, il les recadre, les découpe, les juxtapose. Avec cette matière première il réinvente avec malice de nouvelles histoires  où se mêlent poésie, tendresse et surréalisme.

Son portrait par Luc Pérot
Portrait du graphiste Gérard Lebègue
Portrait de Gérard Lebègue, ce graphiste fait le tour des brocantes pour récupérer des albums photos. Ils découpe ensuite les clichés et les juxtapose pour leur donner une nouvelle vie. - France 3 Centre VDL - Luc Pérot




« Les personnages de ces photos me guident et m’inspirent. Les dissocier du reste de la photo leur donne une nouvelle dimension. Ce renvoi à leur solitude exacerbe leur originalité. Des détails n’apparaissent parce que tout, sauf eux, a disparu. Plus de parents, plus de décors, plus rien qu’un fond blanc qui attend que l’imaginaire s’y installe. Alors, quand je suis seul avec eux, protégé par le mur transparent de l’écran, comme un visiteur devant un monde inconnu et interdit, que vont-ils me proposer ? Que vais-je comprendre et entrevoir à travers leurs regards, leurs attitudes, leurs costumes ? Quels détails seront propices à les enfermer à perpétuité dans un nouvel et impossible univers ancré dans l’irréalité ? Et pourquoi tant d’histoires ? Pour mieux retenir le temps qui passe ? » Gérard Lebègue.

Sur le même sujet

L'Eco d'Ici: les faïenceries de la Loire, s'adapter ou disparaître

Près de chez vous

Les + Lus