Etats Généraux de l’alimentation : la consultation publique s’achève bientôt

Les Etats Généraux de l'alimentation essaient de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par le monde agricole / © Arnaud Moreau
Les Etats Généraux de l'alimentation essaient de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par le monde agricole / © Arnaud Moreau

Ce 11 octobre, Emmanuel Macron présente à Rungis les premières mesures gouvernementales suite aux Etats généraux de l'alimentation. Une consultation publique sur internet qui ne convainc pas entièrement le monde agricole.

Par Arnaud Moreau

C’était une volonté du candidat Emmanuel Macron, garantir des prix justes pour que les agriculteurs vivent de leur travail.
Le 20 juillet dernier avaient donc été lancés les Etats Généraux de l’Alimentation. De nombruses idées ont déjà été évoquées pendant l'été. L’un des axes de cette grande consultation nationale passe par un site internet.

Voyons de plus près comment fonctionne cette plateforme.
Les personnes souhaitant participer peuvent choisir parmi  différentes thématiques évoquées.
L’une des axes de travail tient une en question : comment rémunérer plus équitablement les producteurs ?
Cette question a recueillie à elle seule 2950 contributions.

A chaque fois des points de réflexion sont avancés, par exemple celui-ci : « Une concurrence internationale intense »
Les personnes consultées sont invitées à voter et à laisser des commentaires, parfois divergents.
Plusieurs thématiques sont abordées sur le site des Etats Généraux pour tenter de cerner les problèmes que rencontre le monde agricole / © https://www.egalimentation.gouv.fr/
Plusieurs thématiques sont abordées sur le site des Etats Généraux pour tenter de cerner les problèmes que rencontre le monde agricole / © https://www.egalimentation.gouv.fr/


Ainsi un internaute déclare « Comme dans les autres professions, nous payons un état, une sécurité sociale, et des collectivités locales gourmandes en ressources financières. Les charges sociales sont un handicap là aussi. »

Un autre s’exprime ainsi « Il faudrait savoir. Si on veut être compétitif à l'international, il faut accepter d'être concurrencé chez soi. Si on ne veut pas être concurrencé chez soi, il faut accepter de recentrer sur le local. »

Les commentaires laissés sur le site enrichissent le débat. On peut y réagir, exprimer son accord ou au contraire son désaccord / © https://www.egalimentation.gouv.fr/
Les commentaires laissés sur le site enrichissent le débat. On peut y réagir, exprimer son accord ou au contraire son désaccord / © https://www.egalimentation.gouv.fr/

Le site est donc une source riche de débats et questions à poser.

Néanmoins, des voix s’élèvent et apportent des bémols à cette consultation.
Ainsi, Jean-Marc Leluc, agriculteur membre de la FNSEA basé dans le Loiret s’exprime sur Twitter. Il site un sondage de la France Agricole.
Selon lui, la majeur partie du monde paysan pense que cette consultation ne changera rien.



D’autres commentaires pensent que « ces questions sont pertinentes, mais pas adressées aux bonnes personnes », 
Au sujet des questions en débat sur le site, La période de consultation s’achève le 20 octobre. Suivra ensuite une période de synthèse du 1er novembre au 15 décembre.





Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Pithiviers : 700 000 euros d'impayés

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés