Tassadit Houd a perdu sa sœur le 13-Novembre : «J'ai arrêté de respirer un moment »

Tessadit Houd, a perdu sa soeur Djamila Houd à Paris le 13 novembre 2015. / © France 3 Centre-Val de Loire
Tessadit Houd, a perdu sa soeur Djamila Houd à Paris le 13 novembre 2015. / © France 3 Centre-Val de Loire

Djamila Houd a grandi à Dreux, en Eure-et-Loir, dans les quartiers des Quatorze puis des Bâtes, avant de s'installer à Paris. 

Par France 3 Centre-Val de Loire

« C'est quand on est arrivés à Paris qu'on s'est rendu compte de l'ampleur du drame. Que c'est notre pays qui avait été touché. » Du 13 novembre 2015, Tassadit Houd, qui se trouvait alors en Algérie, a d'abord eu un échos funeste par téléphone. Une voix qui lui annonçait la mort de sa sœur, Djamila Houd, 41 ans, fauchée avec des amis sur la terrasse de La Belle Equipe

Un an après le drame, Tassadit Houd, originaire de Dreux (Eure-et-Loir) comme sa sœur, a accepté de se livrer dans un entretien à France 3 Centre-Val de Loire.
Tassadit Houd, entretien
Tassadit Houd témoigne, un an après la mort de sa soeur, tué le 13 novembre 2015 à la terrasse de la Belle Equipe à Paris. - France 3 Centre-Val de Loire

« Ça a été un coup de massue, raconte-t-elle. [Au début] je n'y ai pas cru. [...] J'ai arrêté de respirer un moment. » Puis il a fallu annoncer la nouvelle à sa mère, regagner Paris, affronter la morbide réalité. « C'était le KO dans les yeux de tout le monde », se souvient Tassadit Houd, qui témoigne aujourd'hui de « l'instinct de survie » qui l'a poussée à continuer à vivre après le drame. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Une loirétaine lance un appel au don de moelle osseuse

Près de chez vous

Les + Lus