Les agriculteurs du Perche eurélien se mobilisent pour être classés en “zone défavorisée simple”

Les agriculteurs du Perche eurélien se mobilisent pour être classés en "zone défavorisée simple"
Le classement du Perche eurélien et ornais en zones défavorisées simples est jugé vital pour soutenir ce territoire historiquement d’élevage. Le soutien aux éleveurs est unanime. - France 3 Centre-VDL - D. Le Pape et S. Hasnaoui

Depuis 1990, le Perche normand est classé en Zone Défavorisée Simple. Cela permet aux agriculteurs de bénéficier d'indemnités. Les éleveurs du Perche eurélien se mobilisent pour bénéficier du même traitement que leurs voisins.

Par Fabienne Marcel

Le classement des communes en zones défavorisées :
Qu’est-ce qu’une zone défavorisée ?

Les zones défavorisées sont des zones soumises à des contraintes naturelles. Dans ces zones, les agriculteurs sont éligibles à des aides compensatoires de l’Union européenne liées à ce handicap naturel.

On distingue actuellement 3 types de zones défavorisées :

- les zones de montagne ;
- les zones défavorisées simples ;
- les zones affectées de handicaps spécifiques.

Aujourd’hui, la définition de ces zones est en cours de révision. Le ministère de l'Agriculture doit  redéfinir la carte des territoires aidés avant la fin de l'année 2017. 
En région Centre-Val de Loire, sur les 635 communes classées jusqu’à présent en ZDS, les dernières propositions du Ministère prévoient d’en exclure 215, ce qui inquiètent les agriculteurs. 

Huit petites régions agricoles sont particulièrement touchées par cette réforme dans notre région 

• Les petites régions agricoles de Sainte Maure et de la Gâtine de Loches et de Montrésor, en Indre-et-Loire.
• Le Pays-Fort, dans le Cher.
• Les petites régions agricoles de l’Orléanais, du Berry et de la Puisaye dans le Loiret.
• La Sologne du Loir-et-Cher, du Loiret et du Cher.
• Le Perche d’Eure-et-Loir et le Perche du Loir-et-Cher qui n’étaient pas classés en ZDS mais qui méritent selon les agriculteurs de l’être au vue des grandes difficultés de la production laitière de la zone et dans une logique de continuité avec le Perche de l’Orne.
© Ministère de l'Agriculture
© Ministère de l'Agriculture

 

Le ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll interpellé à l'Assemblée nationale

Le député d’Eure-et-Loir (Dreux), Olivier Marleix (LR) a questionné à ce sujet le ministre, le 14 février, à l’Assemblée nationale, en y associant sa collègue Laure de La Raudière (Nogent-le-Rotrou/Lucé). Stéphane Le Foll n’a pas convaincu le député, qui a insisté sur l’aberration de la situation : « Dans le Perche ornais et le Perche d’Eure-et-Loir, la réalité du terrain est identique. » Le ministre a mis également en exergue un autre aspect du problème : « Si l’on étend très largement le nombre d’hectares concernés par les ZDS, alors que l’enveloppe budgétaire n’est pas extensible, le montant de l’aide à l’hectare sera d’autant moins important. »

Sur le même sujet

Les suites des intempéries

Près de chez vous

Les + Lus