Routes meurtrières en Eure-et-Loir, les pouvoirs publics se mobilisent

Les routes euréliennes meurtrières, les contrôles s'accentuent

Avec 16 morts sur les routes euréliennes depuis le début de l'année, le département est parmi les plus mal classés de France. Les pouvoirs publics lancent donc régulièrement de vastes opérations de contrôle. 

Par Ch. Chapiotin, D.Lepape, S.Hasnaoui

L'Eure-et-Loir est mauvais élève en matière de sécurité routière, avec encore beaucoup de morts sur les routes. Pour lutter contre ce fléau, de vastes opérations de contrôle sont menées à travers le département.

Recherche de stupéfiants d'un côté, par le biais notamment de la brigade cynophile ou de tests salivaires, qui ont permis de déceler les conducteurs sous l'emprise de drogue. Christophe Lanteri, directeur du cabinet du Préfet d'Eure-et-Loir se rend parfois sur place avec les gendarmes :

Il y a encore un mois, on a deux personnes qui se sont tuées sur la route, deux jeunes qui étaient sous l'emprise de stupéfiants. L'objectif n'est pas de faire la morale mais de sensibiliser aux risques encourus.


Les contrôles d'alcoolémie se multiplient également. Les mauvais conducteurs peuvent être mis en cellule de dégrisement, puis en garde à vue. Cela peut même aller plus loin en cas de récidive. Si le tribunal correctionnel de Chartres le décide, le véhicule du contrevenant peut ainsi être vendu aux enchères. Des décisions très dissuasives dans la mesure ou un délinquant routier qui a acheté une voiture à crédit se trouverait à payer un bien qu'il ne possède plus.


Parmi ces faits dramatiques sur les routes euréliennes, revenons sur cet  accident mortel qui s'est produit ce dimanche 30 avril en fin d'apres-midi sur la RN10 à hauteur de Montboissier. Quatre personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées.

Un véhicule, de retour du Tecknival avec quatre jeunes à bord, et remontant sur la région parisienne s'est déporté. Il a frôlé une première voiture arrivant en sens inverse, lui arrachant son rétroviseur. Une deuxième a miraculeusement réussi à éviter cet engin fou qui s'est finalement encastré dans une troisième, tuant ses quatre occupants, une fratrie qui allait à Bonneval.

Le chauffard, blessé et hospitalisé à Paris, a fait l'objet de prélèvements, tout comme ses trois passagers, pour savoir s'il y avait eu prise de stupéfiants ou d'alcool. Les témoignages laissent à penser que cela pourrait être le cas, "nous sommes en attente des résultats" a précisé Rémi Coutin, procureur de la République de Chartres à Didier Lepape et Sanaa Hasnaoui.

Le Procureur de la République de Chartres vient de s'exprimer sur les circonstances du drame de la RN10 qui a fait quatre morts

 


 

Sur le même sujet

L'Eco d'Ici: les faïenceries de la Loire, s'adapter ou disparaître

Près de chez vous

Les + Lus