Les élèves de terminale scientifique du lycée Vaucanson en Indre-et-Loire ont mis en place un projet innovant sous la tutelle de leur professeur de physique-chimie. Leur but : raviver la tradition ancestrale marocaine de distillation d'eaux florales grâce à un système solaire économique et écologique. Une expérience pédagogique qui mêle apprentissage, rencontres et découvertes culturelles avec le Maroc. 

Distilla'sun, un projet sur le long court

C'est un projet innovant qui a débuté l'année dernière au lycée Vaucanson de Tours.
Dans le cadre des échanges culturels, Maha Elmadi, directrice de la fondation Dar Bellarj à Marrakech, a demandé de l'aide aux jeunes de l'association Vauc'en sciences. En effet, la tradition ancestrale marocaine de distillation d'eaux florales est menacée car elle repose sur des ressources en bois, dont les réserves s'amenuisent. 

Neuf volontaires, alors en classe de première en section scientifique, ont monté le projet Distilla'sun sous la tutelle d'Emmanuel Thibault, leur professeur de physique-chimie. Ils ont imaginé un système de distillation solaire, économique et écologique, pour la production de cette traditionnelle eau de parfum à base de pétales de roses

 

Un travail doublement récompensé

Ces travaux pratiques, réalisés hors programme, ont été récompensés par un Premier Prix au concours national C.Génial, le 21 mai 2016 et une médaille d'or au Salon des Jeunes Inventeurs de Monts (37) le 29 mai 2016. Ce projet, très remarqué, s'inscrira également dans la COP 22 qui aura lieu à Marrakech.

Une rentrée anticipée

Un projet innovant créé par des lycéens

 

Le 29 août, les neuf élèves de terminale du lycée Vaucanson à Tours et membres de l'association Vauc'en sciences, se rendaient déjà en cours de physique chimie pour mener à bien leur projet sur un système de distillation à l'énergie solaire. Emmanuel Thibault, leur professeur, est persuadé que cette expérience concrète est un véritable outil pédagogique pour l'avenir. Les lycéens partagent son avis et font leur rentrée anticipée avec le sourire.

De la théorie à la pratique

Un cours de chimie hors programme scolaire

 

Avant de mettre en place le dispositif de distillation solaire, il est important que les élèves connaissent les bases de l'hydrodistillation. Ce cours, qui ne fait pas partie du programme de l'éducation nationale, leur a apporté le savoir nécessaire pour mener à bien leur projet.

Le système de distillation solaire

De la théorie à la pratique

 

Waldan Girard, chef de projet de « Distilla Sun » , fait une démonstration du procédé en décomposant les différents éléments de ce « kit » de distillation. Un système élaboré et simple à la fois.
Distilla Sun : démonstration du système de distillation solaire au lycée Vaucanson (Indre-et-loire)

 

Le super kit du petit chimiste

Place ensuite à un test de chimie réalisé à l'université François Rabelais à Tours : comparer la composition du produit obtenu par leur distillateur solaire et la composition du produit obtenu par une méthode traditionnelle. Le résultat est pour le moins étonnant !
Le super kit du petit chimiste

 

Les élèves deviennent profs à l'occasion de la Fête de la Science

A travers un atelier de distillation solaire, par petits groupes, ce sont 500 collégiens qui ont pu découvrir les éléments scientifiques qui construisent le projet Distilla Sun.
Les élèves du projet Distilla Sun jouent les professeurs à l'occasion de la Fête de la Science

 

De la science à la culture

Dans ce cadre culturel, l'idée d'une pièce de théâtre franco-marocaine a trouvé sa place à côté de l'échange scientifique. Le scénario reprend l'histoire de leur collaboration au secours de la préservation écologique et peu onéreuse de la tradition marocaine de production des eaux florales, pour s'achever sur l'amitié et l'échange culturel.

 

Les jeunes marocains ont préparé chacun de leur côté cette représentation théâtrale. Ils se sont ensuite retrouvés à Tours quelques jours avec les lycéens de Vaucanson pour trois représentations publiques de leur pièce « Senteurs d'ici et d'ailleurs »  à leur lycée et à la salle des fêtes de Chedigny, le village des roses.

 

L'aventure continue

Outre la pièce de théâtre « Senteur d'ici et d'ailleurs », le dimanche 9 octobre, les lycéens ont fait une démonstration de leur système de distillation solaire dans le village des roses de Chédigny en compagnie de leurs jeunes partenaires marocains de la Fondation Dar Bellarj et de l'association des roses.
 Une analyse de la production obtenue par ce dispositif sera effectuée au laboratoire de la faculté des sciences du Parc Grandmont et le résultat déterminera si l'essence récupérée par le système solaire possède les m^mes propriétés que par la méthode traditionnelle.

Tous ont promis de se retrouver les 27 et 28 mai 2017, le we de la fête des méres, celui dédié au festival des roses de Chedigny (37).

 

Les lycéens dans le vent de la COP22

Déplacement réussi pour les lycéens et leurs deux professeurs invités à la COP22 dans le cadre de leur projet Distilla’Sun (distillateur solaire). Partis de Tours mercredi 9 novembre à 11h, ils étaient en déjà en démonstration l’après-midi même dans le désert d’Agafay, à  25 km au sud de Marrakech.
Ils ont présenté leur invention auprès de spécialistes en agriculture durable. A cette occasion, ils ont rencontré le couple Bourguignon, célèbres agronomes français encore appelés les médecins du sol. 

 

Lors de leur démonstration dans le désert d’Agafay sur le site de Terre des étoiles, ils ont retrouvé un ancien élève du Lycée Vaucanson, Etienne Lalique. Il y a dix ans, c’est à travers le projet d’un ballon solaire qu’il a lui-même connu le parcours aujourd’hui réalisé par nos six lycéens tourangeaux investis dans le distillateur solaire.
Il nous explique comment ce type projet pédagogique a structuré son devenir.

 

La méthode traditionnelle des femmes marocaines

Les jeunes lycéens de Vaucanson ont emmené leur invention dans les jardins de la maison de la culture de Marrakech, ce jeudi 11 novembre.
Sur place, ils ont retrouvé un groupe de femmes marocaines qui maîtrise la technique traditionnelle de la distillation d'eaux florales.

C'est autour de cette ancienne pratique qu'est né le projet "Distilla Sun". Entre le coût de l'appareil et la facture de gaz, cette tradition a disparu de beaucoup de familles marocaines. En faisant une démonstration concomitante des deux pratiques, traditionnelle et à énergie solaire, il a été possible de comparer les 2 productions.
Distilla sun : la méthode traditionnelle

 

Une représentation dans un lycée français à Marrakech

Durant leur séjour à Marrakech, les lycéens de Vaucanson ont rendu visite au lycée français de la ville, Victor Hugo.
Avec leur pièce de théâtre et la présentation de leur invention, ils ont découvert le fonctionnement de l'enseignement français à l'étranger.

 

 

En marge de la COP 22, les lycéens révisent

Le dimanche, la COP22 est fermée. Dans le Haut-Atlas, à 1200 mètres d'altitude, les lycéens de Vaucanson en profitent donc pour réviser leurs cours de mathématiques, de physique-chimie et de sciences et vie de la terre avec leur professeur accompagnateur.

 

 

 

Un véritable travail de communication

En plus de leur stand, les lycéens de Vaucanson ont eu accès à "l'agora". Ce lieu permet de présenter au public des projets aux organisations présentes à la COP 22.

Ils ont du haranguer la foule des visiteurs de ce rendez-vous mondial pour promouvoir leur "produit". Les apparentis scientifiques n'étaient pas préparés à une telle opération, mais ils ont fait preuve de talents de vrais commerciaux.

 

Une page se tourne

Présents au sein de la cop22 pendant 6 jours, les jeunes ont présenté leur invention à de multiples interlocuteurs et même au président de la République.

Ces contacts ont abouti à un partenariat avec une ONG spécialisée dans le soutien aux coopératives de femme en Afrique. A moindre coût et sans énergie fossile, elles pourront tirer un revenu complémentaire de la production d'eaux parfumées et d'huiles essentielles.