Festival Terres du Son : en Touraine, un bilan positif pour un week-end quasi ensoleillé

Le groupe Gojira sur la scène du festival Terres du Son 2017, une des têtes d'affiche de cette 13e édition / © Fabien Garou Photographie / Terres du Son
Le groupe Gojira sur la scène du festival Terres du Son 2017, une des têtes d'affiche de cette 13e édition / © Fabien Garou Photographie / Terres du Son

40 000 festivaliers pour la 13e édition de Terres du Son, le plus gros festival musical de l'été en région Centre-Val de Loire. La manifestation touche a sa fin et il est temps de dresser le bilan !

Par Ch. Chapiotin

Le festival Terres du Son s'achève sous un ciel capricieux, mais finalement, c'est presque une tradition, il faut savoir que les concerts d'Imany en Touraine sont souvent très arrosés (c'était le cas lors de son premier passage ici en 2012). Les organisateurs, habitués à jouer avec la météo, prennent ça avec le sourire et annoncent un bon cru 2017, en dépit de la concurrence d'un autre festival organisé dans le département à la même date. Hugues Barbotin, directeur de l'Asso, association organisatrice, et programmateur du festival, se doutait que la soirée du samedi serait un peu compliquée :

Avec le concert des Insus à Tours, nous savions qu'il faudrait être imaginatif pour la soirée du samedi 8 juillet. Nous sommes allés dans les extrèmes, de Camille à Gojira, pour toucher un maximum de personnes.


Arnaud Guedet, président, témoigne avoir vu des "métalleux" devant Camille, et des spectateurs de Camille écouter Gojira. Une belle illustration de cette volonté de créer le mélange, d'amener le public à découvrir d'autres styles, d'autres artistes.

Et même si la soirée de samedi a fait moins d'entrées que d'accoutumée, cette soirée de dimanche, la plus grosse, devrait équilibrer la fréquentation, à moins que la météo ne fasse des siennes. Au final, Terres du Son 2017, c'est 40 000 entrées, à peu de choses près comme l'an passé, avec une bonne coordination du projet et des équipes, 

Par la voix de Franck Fumoleau, vice-président de l'Asso, le trio affirme sa satisfaction de voir que son projet avance, et évolue, avec notamment cette année un gros travail de fond sur l'accessibilité :

L'objectif est qu'à terme 100% des personnes puissent assister à notre festival. L'accessibilité, nous la travaillons sur tous les points, avec par exemple la mise en place de ces colonnes vibrantes qui prouve que nous pouvons mettre des choses en place.


Parmi les autres nouveautés liés à l'accessibilité, des spectacles en langage des signes et des programmes en braille. Les organisateurs de Terres du Son veulent que leur festival s'ouvre à tous, Il y a la musique, certes, mais pas seulement. L'objectif est d'amener le public dans différents lieux, à différents moments, et dans des atmosphères diverses et variées. La présence de nombreux enfants cette année au village est un gage de réussite.

Le bilan en chiffres

Depuis sa création en 2005, on peut dire que le festival a bien grandit. De 2500 festivaliers lors de la première édition, on dépasse les 40 000 en 2017.
Le nombre d'artistes a été multiplié par cinq.
Et les bénévoles sont de plus en plus nombreux à s'investir.

Terres du Son : le bilan du festival en chiffres
Hugues Barbotin, directeur du festival Terres du Son, nous donne quelques chiffres pour mieux se rendre compte de l'évolution du festival de sa création en 2005 à aujourd'hui. - France 3 Centre-Val de Loire - Ch. Chapiotin


Une équipe qui s'aggrandit, de belles surprises sur les scènes

D'année en année, le nombre de bénévoles augmente, 1400 cette année, avec la création de nouvelles commissions comme celle de prévention, destinée à suivre un peu le comportement de chacun, notamment en terme d'éco-responsabilité. Le trio souligne également la bonne entente avec différentes associations et structures locales, tous fédérés autour de ce projet.

Côté programmation, la logique et le concept habituel ont été respectés, avec un mélange de talents confirmés et de découvertes sur la scène Propul'son notamment, qui a permis a une quinzaine de groupes régionaux de se produire. En attendant la fin du festival, chacun se montre satisfait des deux premières soirées, Hugues Barbotin nous en dit un peu plus :
 

La soirée pop électro-reggae de vendredi a bien fonctionné, avec la belle surprise Kate Tempest, qui a séduit le public. Celle de samedi a permis à certains de découvrir Faada Freddy, une belle rencontre.


Même si Imany attire la pluie en Touraine, elle est toujours autant appréciée, preuve en est ce dimanche, sous la pluie. Rendez-vous est pris en 2018, le week-end du 14 juillet, prenez date !
 

 

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Pizzaïolo berruyer se prépare aux championnats de France de pizza

Près de chez vous

Les + Lus