Indre-et-Loire : une élue mise en cause pour un emploi présumé fictif de son assistant parlementaire

© Image France 3 alsace
© Image France 3 alsace

19 députés européens français sont mis en cause par le Front National pour l'emploi présumé fictif de leurs assistants parlementaires. Une enquête a été ouverte. Angélique Delahaye, maire de Saint-Martin-le-Beau, en Indre-et-Loire, devra aussi justifier du travail d'un de ses assistants.

Par Flora Battesti

Quand elle ne siège pas au Parlement Européen, Angélique  Delahaye travaille dans son entreprise maraîchère de Saint-Martin-le-Beau. C'est en lisant Le Parisien, qu'elle a découvert une enquête l'enquête de Paris à son sujet. Jusque-là, les juges ne lui on posé aucune question. Pourtant, elle assure :

J'ai suivi les procédures qui nous sont imposées par les services du Parlement européen.


"Quand j'ai embauché, j'ai soumis l'embauche à l'administration du Parlement européen qui a vérifié ce que faisait mes assistants, quels étaient leurs mandats, leurs activités professionnelles... On m'a demandé des compléments d'information pour s'assurer qu'il n'y avait pas de problème", énumère-t-elle. Donc je suis très surprise, sachant que j'ai reçu l'accord du Parlement pour embaucher mes assistants."

Autre sujet, pour les juges, c'est probablement Fabrice Boigard. Actuellement candidat Les Républicains dans la 5e circonscription d'Indre-et-Loire. Il a travaillé comme assistant local d'Angélique Delahaye, tout en exerçant les fonctions de 1er adjoint au maire de Saint-Cyr-sur-Loire, vice-président du département, et secrétaire départemental Les Républicains. Ce sont beaucoup de responsabilités en même temps, pour un seul homme.

Fabrice Boigard se défend : "je pense que tout cela était tout à fait compatible. C'est tout simplement une notion d'organisation personnelle, de loyauté et puis de déontologie. Je ne travaillais pas à plein temps. J'ai exercé cette fonction de juillet 2016 à mai 2017 et mon contrat porte sur 20h de travail  semaine et ma rémunération est de 700€."

Une plainte déposée


Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance" le 22 mars à la suite d'une lettre de l'eurodéputée du Front national Sophie Montel dénonçant des emplois fictifs parmi les assistants parlementaires d'une vingtaine de députés européens. Parmi les personnalités citées, autre qu'Angélique Delahaye, Brice Hortefeux, Marielle de Sarnez ou encore Yannick Jadot.

Marielle de Sarnez a annoncé sur son compte Twitter, déposer plainte contre Sophie Montel :


► Reportage de Xavier Naizet, Isabelle Racine et Eve Manier

 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Enquêtes de région : une ferme d'avenir

Près de chez vous

Les + Lus