Tours : les Journées Nationales pour l'Etude de la Reproduction et une PMA qui se généralise

© Frédéric Cirou/AltoPress/Maxppp
© Frédéric Cirou/AltoPress/Maxppp

Tours accueille durant 3 jours les Journées Nationales pour l'Etude de la Reproduction. Un moment d'échanges pour évoquer les avancées dans l'assistance à la procréation. Une manifestation qui tombe au moment où la PMA pour les femmes seules ou homosexuelles vient d'être relancée par le gouvernement

Par Théophile MBAKA / Anne Lepais

C'était une promesse de campagne du candidat Macron : La Procréation Médicalement Assistée (PMA) jusqu'ici réservée aux couples stériles va s'étendre à toutes les femmes.
Jusqu'à présent, ce dispositif médical était très encadré, réservé à un homme ou à une femme en âge de procréer, hétérosexuel, et qui souffrait d'infertilité sévère.

« C'est un engagement de campagne qui sera tenu. Le comité d'éthique a émis un avis favorable, il n'y a rien qui nous empêche de rendre la PMA légale pour toutes les femmes ». « C'est une mesure de justice sociale qui va mettre fin à une forme de discrimination à l'égard des femmes lesbiennes et célibataires » - Marlène Schiappa.


L'annonce fracassante de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les hommes et les femmes chez nos confrères de RMC/BFMTV a fait l'effet d'une déflagration et suscite déjà un vent de protestations. Les répliques et les réactions n'ont pas tardé et se sont multipliées sur les réseaux sociaux avec des commentaires mordants : 



La PMA encore appelée AMP (aide médicale pour la procréation) est une technique qui permet la rencontre en laboratoires de spermatozoïdes et/ou d'ovules pour aboutir à une fécondation, soit par insémination artificielle soit par une FIV, une fécondation in-vitro.  
Dans le premier cas, on introduit le spermatozoïde dans l'utérus de la femme, dans le second, c'est l'embryon fécondé en laboratoire qui est déposé dans l'utérus de la femme.
Bien qu'éprouvées, les deux techniques ont des résultats aléatoires : 20 à 25% de taux de réussite.
Il faut en moyenne, quatre tentatives, pour espérer une grossesse aboutie.  C'est pourquoi les détracteurs se sont engouffrés dans la brèche. Ils relèvent le coût global élevé : 5000€ par tentative. Sans compter les arrêts de maladie imputables à l'intervention.

Quel est le coût global pour la communauté ? Faut-il un enfant à tout prix et à n'importe quel prix ?  Le débat ne fait que commencer. Et chaque camp fournit déjà ses arguments.


► Reportage à Tours de Jean-Paul Baume et François-Xavier Mauffrey

Tours : les journées nationales pour l'Etude de la Reproduction
Tours accueille durant trois jours un moment d'échanges pour évoquer les avancées dans les techniques d'assistances à la procréation. - Jean-Paul Baume, François-Xavier Mauffrey, Ph - France 3 Centre-Val de Loire

 

Sur le même sujet

Tours : les journées nationales pour l'Etude de la Reproduction

Près de chez vous

Les + Lus