Législatives en Centre-Val de Loire : quels partis ont investi les Députés les plus influents ?

© MAXPP
© MAXPP

Alors que s'achève la législature, l'agence Rumeur avait dévoilé en février 2017 son classement des parlementaires les plus en vue à l'Assemblée. L'étude classe les députés en fonction de leur influence à l'Assemblée mais aussi dans la presse et sur les réseaux sociaux. 

Par Fabienne Marcel

A la veille des élections législatives, l'agence Rumeur Publique s'est interrogée sur les différents leviers d'influence privilégiés par les Députés selon l'étiquette sous laquelle ils se représentent.

En région Centre – Val de Loire, les 10 candidats sortants les plus influents sont :

 
Classement régionalDéputé-e candidat-eEtiquetteDépartementClassement national
1Yann Galut Parti socialisteCher13
2Philippe Vigier UDIEure-et-Loir 20
3Jean-Patrick GilleParti socialisteIndre-et-Loire26
4Denys RobiliardParti socialisteLoir-et-Cher54
5 Laurent BaumelParti socialisteIndre-et-Loire88
6Nicolas SansuParti communisteCher 89
7Maurice LeroyUDILoir-et-Cher109
8Laure de La Raudière Les RépublicainsEure-et-Loir126
9 Jean-Paul ChanteguetParti socialiste Indre136
10Olivier Marleix Les RépublicainsEure-et-Loir 182

  • VOIR la liste complète du classement de tous les députés de la région Centre-val de Loire. 

Au niveau national, les principaux enseignements de ce classement sont :


La République en Marche a investi les Députés les plus influents : le parti d'Emmanuel Macron a investi peu de Députés sortants mais ceux qui se représentent sous cette étiquette sont parmi les plus influents. On trouve ainsi 3 candidats République en Marche dans les cinq premiers Députés qui se représentent les plus influents : Richard Ferrand (2e), Christophe Castaner (4e) et François de Rugy (5e). Les Députés candidats macronistes se distinguent également par leur influence dans le travail parlementaire.

Sur les réseaux sociaux, les Républicains sont largement en tête : près de la moitié des Députés candidats figurant parmi les plus influents sur les réseaux sociaux sont des Députés LR (49% de LR dans le top 100 Twitter, 44% dans le top 100 Facebook). On peut par exemple citer Nathalie Kosciusko-Morizet, Députée candidate la plus influente sur Twitter, ou Valérie Boyer, Frédéric Lefebvre et Marine Brenier qui figurent en bonne position dans le  classement de l'influence sur Facebook.

A l'Assemblée Nationale, les socialistes bénéficient d'une prime au sortant : en tant que membres de la majorité sortante, les Députés du Parti socialiste qui se représentent sont en moyenne beaucoup plus influents que leurs collègues dans le travail parlementaire (57% de Députés candidats socialistes dans le Top 100 des Piliers de l'Assemblée). Ainsi en est-il par exemple des quatre premiers "  Piliers de l'Assemblée ", tous candidats sous l'étiquette socialiste : Valérie Rabault, Gérard Bapt, Razzy Hammadi et Gilles Savary.

Les leaders des formations minoritaires influents mais isolés : si les " petits " partis étaient peu représentés à l'Assemblée Nationale lors de la législature précédente, leurs leaders figurent systématiquement en tête de classement. Ainsi :
- Cécile Duflot, ancienne leader d'Europe-Ecologie-Les-Verts, est 6e au classement général
- André Chassaigne, Président du groupe communiste, est 8e
- Jean-Christophe Lagarde, Président de l'UDI, est 22e
- Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout la France, est 59e
- Gilbert Collard, seul Député sortant du Front National qui se représente, est 75e
- Sylvia Pinel, Présidente du Parti radical de gauche, est 81e
- (La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon n'a investi aucun Député sortant).

Toutes étiquettes confondues, les Députés les plus influents qui se représentent sont :
- 1er : Christian Paul, candidat Parti socialiste dans la Nièvre
- 2e : Richard Ferrand, candidat République en Marche dans le Finistère
- 3e : Eric Ciotti, candidat Les Républicains dans les Alpes-Maritimes
Pour mémoire, le classement Rumeur Publique est le premier à mesurer, non pas la présence à l'Assemblée des Députés, mais leur capacité à faire entendre leurs positions durant leur mandat, aussi bien à l'Assemblée Nationale que dans la presse ou sur les réseaux sociaux.

Pour mesurer l'influence des parlementaires, nous ne regardons pas ce qu'ils font mais ce qu'ils parviennent à faire faire à d'autres, indique Marie Meyruey, Consultante Affaires publiques chez Rumeur Publique, par exemple le nombre d'amendements qu'ils font voter, de citations dans la presse ou de followers et de likes sur les réseaux sociaux.


" Twitter a fini de faire tomber les murs de l'Assemblée et aujourd'hui, pour se donner toutes les chances de faire passer ses idées, les députés doivent être bons partout, dans l'hémicycle, sur un plateau télé et sur les réseaux sociaux. Dans un contexte de fort renouvellement politique, il sera intéressant de voir comment les nouveaux élus utilisent ces différents canaux. En matière d'influence aussi les cartes pourraient être rebattues après le 18 juin ", remarque Fabiola Flex, Directrice des Affaires publiques chez Rumeur Publique.


Retrouvez l'étude complète sur le site lesdeputesinfluents.fr

A propos :
Rumeur Publique est une agence indépendante de communication d'influence.

Aux législatives, les femmes héritent des circonscriptions les plus difficiles à remporter

L’analyse des candidatures des quatre principales forces politiques montre que la droite et l’extrême droite réservent largement les meilleures circonscriptions aux hommes.
  1. On compte ainsi 64 % de femmes dans les circonscriptions très défavorables aux candidats LR (contre 34 % dans les plus favorables) ;
  2. 59 % de femmes dans les circonscriptions très défavorables au FN et 35 % dans les plus favorables ;
  3. 60 % du côté des plus défavorables à La République en marche mais 48 % pour les plus favorables,
  4. Respectivement 49 % et 40 % pour La France insoumise.
LIRE :

Législatives : quand Les Républicains et le Front national investissent des femmes dans des circonscriptions ingagnables
 




Méthodologie

Les 337 Députés qui ont siégé l'intégralité de l'année passée et qui se représentent aux législatives ont été classés.
Les critères utilisés pour établir le classement sont les suivants :
- Nombre d'amendements du Député adoptés (durant toute la législature 2012 - 2017)
- Nombre de rapports signés par le Député (durant toute la législature 2012 - 2017)
- Nombre d'articles de presse nationale mentionnant le Député (durant la dernière année de la législature)
- Nombre d'articles de presse locale mentionnant le Député (durant la dernière année de la législature)
- Nombre de followers sur Twitter (valeur relevée à la fin de la législature)
- Taux moyen de retweet par tweet rapporté au nombre de followers (valeur relevée à la fin de la législature)
- Nombre de likes sur la page Facebook du Député (valeur relevée à la fin de la législature - les profils, à vocation privée, ne sont pas pris en compte)
- Nombre de mentions du Député sur Facebook sur une semaine (valeur relevée à la fin de la législature)
Toutes les données proviennent de sources extérieures : Regards Citoyens, Assemblée Nationale, Ministère de l'Intérieur, Data Observer, Twitter, Facebook et Traackr.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Dreux : des salariés de Sodexo bloquent l'entrée de l'entreprise

Près de chez vous

Les + Lus