Il s'agit d'un virage dans la tradition politique française à laquelle certains sont attachés : le cumul des mandats. La loi a été promulguée en février 2014, et elle va s'appliquer dès les résultats de ces élections législatives.

Tout au long de la cinquième République, une grande majorité des parlementaires ont été en situation de cumul de mandats. En 2012, 476 députés sur 577 (82%) et 267 sénateurs sur 348 (77%) exerçaient au moins un autre mandat électif.

Ces parlementaires étaient le plus souvent à la tête d’un exécutif local : 261 députés (45%) et 166 sénateurs (48%) étaient soit maire, soit président de conseil général, soit président de conseil régional.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


En Centre-Val de Loire, plusieurs élus devront choisir


  • CHER 
Nicolas Sansu, le maire (PCF) de Vierzon se présente dans la 2e circonscription du Cher. À la fin du premier tour, il s'est positionné à la deuxième place avec 24,4 % et a donc accédé au second tour des élections législatives. Avec un score de 47,43 %, cela n'est pas suffisant pour se placer en tête. La question du cumul ne se pose donc pas pour lui.


  • EURE-ET-LOIR
Philippe Vigier, candidat UDI dans la 4e circo d'Eure-et-Loir et maire de Cloyes-sur-le-Loir, a remporté le second tour des élections législatives avec 70,38 % des voix. Il va donc être contraint de renoncer à l'un de ses mandats.

Le maire d'Anet, Olivier Marleix, candidat Les Républicains dans la 2e circo d'Eure-et-Loir devra lui ausi choisir : il a été réélu député avec 59,38 % des voix.

Dans la 3e circo d'Eure-et-Loir, Laure de La Raudière, candidate Les Républicains et maire de Saint-Denis-des-Puits, sort vainqueur de ce au second tour (56,1 %). Elle devra donc faire un choix.


  • INDRE
Nicolas Forissier, maire LR de La Châtre et candidat dans la 2e circo. Avec 51,69 % des voix au second tour, il est élu député. Il va donc devoir choisir. 


  • INDRE-ET-LOIRE
Hervé Novelli, maire LR de Richelieu et candidat dans la 4e circo. La question du cumul ne se posera pas pour lui puisqu'avec un score de 41,74 % au second tour des législatives 2017, il n'obtient pas assez pour être élu député.


  • LOIR-ET-CHER
Cela sera certainement un crève-coeur pour Maurice Leroy. Avec 61,06 % des voix, il arrive en tête du second tour des élections législatives. Dans la 3e circo du Loir-et-Cher, le candidat UDI devra choisir s'il lâche son fauteuil de président du conseil départemental. 

Guillaume Peltier, maire de Neung-sur-Beuvron et candidat dans la 2e circo va lui aussi devoir choisir. Avec 53,93 %, il est élu député à la suite du second tour des élections législatives 2017. 
 

  • LOIRET
Jean-Pierre Door est candidat les Républicains, dans la 4e circonscription du Loiret. Il est également maire de Montargis. Il a obtenu 50,01 % des voix à la fin du second tour des élections législatives. Réélu en tant que député, il sera contraint de quitter l'un des deux postes, qu'il occupe depuis plus de dix ans. 

Charles-Eric Lemaignen, président de la métropole d'Orléans et candidat LR sur la 1ère circo, a obtenu 34,98 % des voix au second tour des élections législatives 2017. Un score insuffisant pour être élu député. La question du cumul ne se pose donc pas pour lui non plus.