Législatives : 12 candidats dans la 2e circonscription du Loir-et-Cher, 3 favoris

La Sauldre à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher) / © Flickr
La Sauldre à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher) / © Flickr

La bataille de la 2e circonscription du Loir-et-Cher s’annonce âpre. Sur la ligne de départ, 12 candidats vont se battre pour accéder au 2e tour de cette circonscription qui s'étend de la Sologne au Controis en passant par la vallée du Cher.

Par Benoît Bruere

La 2e circo du Loir-et-Cher

Cette zone électorale est composée notamment des cantons de Bracieux, Lamotte-Beuvron, Mennetou-sur-Cher, Neung-sur-Beuvron, Romorantin-Lanthenay Nord, Romorantin-Lanthenay Sud, Saint-Aignan, Salbris, Selles-sur-Cher.

12 candidats,  3 favoris


Dans cette liste de 12 candidats, il y a 3 favoris, 3 poids-lourds : le candidat la République en Marche, Jean-Luc Brault, le candidat Les Républicains, Guillaume Peltier, et la représentante du FN, Mathilde Paris.

Le candidat LREM n’est pas un inconnu du milieu entrepreneurial et politique, il s’agit de Jean-Luc Brault.
Ancien vice-président du Conseil Départemental de Loir-et-Cher, il est aujourd’hui le président de la communauté de communes Val de Cher-Controis. Elu en janvier dernier, il n’a fait l’objet d’aucune contestation et pour cause, son travail et son investissement sont reconnus depuis maintenant plus de deux décennies dans le Controis. Il faut dire que son parcours est agrémenté de multiples succès : self made man, il a réussi à développer cette petite cité du centre du département qui n’avait absolument aucun atout au départ. Quand le patron de Climatelec gagne la mairie en 2001, à l’aube du XXIe siècle, la commune n’offre que quelques centaines d’emplois salariés.

Il incarne à lui seul l’esprit et la politique du nouveau président Emmanuel Macron :

Nous devons, nous les politiques, dénicher les talents et les soutenir….et pas forcément avec de l’argent mais en les aidant en leur proposant du foncier ou des aides à l’installation .

Egalement, maire de Contres, il a ainsi réussi à faire progresser la modeste ville du centre du Loir-et-Cher de 500 salariés à 3 500 en 20 ans. Pour l’observatoire de la vie économique et des territoires, il n’y a pas d’équivalent d’un tel développement dans la région. Et il profite de l’accord national LREM-MoDem : Louis de Redon étant obligé de s’effacer. 

Face à lui, un jeune-vieux loup toujours à la recherche d’un premier mandat national. Le maire Les Républicains de Neung-sur-Beuvron, Guillaume Peltier, ancien tourangeau et parachuté en pleine Sologne par Maurice Leroy, le président du Conseil Départemental du 41. Guillaume Peltier revendique le soutien de 50 élus solognots mais c’était avant l’annonce de la candidature officielle de Jean-Luc Brault. Le lièvre se fera peut-être battre par la tortue mais rien n’est fait à moins d’une semaine du 1er tour.

En tout cas, depuis plus de 6 mois, le lièvre sillonne la 2e circonscription à coups de réunions publiques à la mi-journée.  Le conseiller régional et président de la communauté de communes de la Sologne des étangs bénéficie, en outre, du soutien du député sortant Patrice-Martin Lalande qui appuie la candidature de celui qu'il suit de longue date.

En décembre 2012, quand Guillaume est venu me voir à l'Assemblée nationale, je lui ai dit que je soutiendrai sa démarche,

rappelle le député élu pour la première fois en 1993 et toujours réélu depuis. Guillaume Peltier, qui a flirté dans ses jeunes années avec le Front National, n’avait pas réussi à s’implanter en Touraine, le réussira-t-il dans le sud du Loir et Cher ? Maire Les Républicains de Neung-sur-Beuvron, ce mandat acquis sans grande opposition ne lui offre qu’une légitimité relative. Un peu juste pour celui qui a eu de très grandes ambitions aux côtés de Nicolas Sarkozy dans le passé. Celui qui est, encore à ce jour, porte-parole les Républicains. 

Bien sûr, comme partout, il faudra suivre le score du Front National et celui de Mathilde Paris. Particulièrement ancrée en Sologne, Marine Le Pen a réalisé dans ce territoire très rural près de 45% au second tour de la présidentielle. Chasseresse et conseillère régionale, Mathilde Paris laboure le terrain depuis plusieurs mois.  Et les électeurs de Sologne ne sont sans doute pas insensibles à ces qualités. Il est vrai qu’en Sologne…quand on a le permis de chasser, on est plutôt bien vu…..


Des miettes pour les autres candidats ? 

Derrière ces 3 favoris, Yvon Chéry s’engage sous l’étiquette de la France Insoumise. Candidat PCF-Verts en 2012, le professeur de philosophie du lycée Claude-de-France de Romorantin se lance donc cinq ans plus tard à nouveau dans la course électorale sous la bannière Jean-Luc Mélenchon.
Mais la candidature de Jean-Claude Delanoue pour le PCF et celle de Francesca Di Pietro au nom de Lutte Ouvrière rendent encore moins lisible ce 1er tour. Les 3 candidats devraient se partager les miettes…tout comme le candidat officiel du parti socialiste, Didier Guénin, premier adjoint de Romorantin. Le maire PS de la capitale Solognote, Jeanny Lorgeoux qui a défendu ….Emmanuel Macron à la présidentielle a depuis précisé qu’il soutenait bien son adjoint pour le scrutin. A cela, il faut encore ajouter deux candidats écologistes : Sarah Laurent pour l’Alliance Ecologiste et Marie Robin, Europe Ecologie les Verts. Marilyne Corbeau, Debout la France, et Olivia Marchal, candidate sans étiquette, complètent cette liste sans fin.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

L'Eco d'Ici: les faïenceries de la Loire, s'adapter ou disparaître

Près de chez vous

Les + Lus