Loir-et-Cher : Guillaume Peltier (LR) se revendique comme “rebelle” face au gouvernement

Guillaume Peltier LR (2ème circo Loir-et-Cher) / © DR
Guillaume Peltier LR (2ème circo Loir-et-Cher) / © DR

Guillaume Peltier, porte-parole les Républicains et député du Loir-et-Cher, se revendique "insoumis" et "rebelle" face au pouvoir politique actuel, selon lui trop "dans la communication et le bavardage", a-t-il déclaré mardi 25 juillet sur LCI.

Par FB avec AFP

"Il y a toujours un mythe ici à Paris que de faire croire qu'il faut être soumis au pouvoir pour être constructif. Non, moi je suis un insoumis, je suis rebelle à ce pouvoir politique parce je n'adhère pas fondamentalement aux options d'Emmanuel Macron", a affirmé sur LCI Guillaume Peltier, le porte-parole du groupe LR et député du Loir-et-Cher, qui assure "qu'on a n'a pas besoin d'être dans la déloyauté pour être positif".

Guillaume Peltier, proche de la droite assumée de Laurent Wauquiez, s'oppose à la politique Macron-compatible des "constructifs", même s'il ne souhaite pas être "dans la caricature" de l'opposition, c'est à dire "vouloir hurler avec les loups".


Macron, un "président du marketing"



Pour lui, "c'est très facile mais ça ne sert à rien fondamentalement". Néanmoins, pour le vice-président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron, selon lui une "illusion décevante", "est en train de devenir le président du marketing", "beaucoup dans le bavardage et dans l'image".

Quant au Premier ministre, M. Peltier s'est montré moins sévère à son égard. "Edouard Philippe est dans le prolongement de ce en quoi il croit, c'est-à-dire qu'il a toujours considéré qu'on pourrait réformer notre pays à travers une alliance, que je trouve improbable, de tous les centres, de toutes les sensibilités", a-t-il noté. "Si c'est son choix de servir son pays et de défendre l'intérêt général, cela ne me gêne pas", a-t-il ajouté.

Cet ancien militant d'extrême droite, devenu l'un des cofondateurs de la Droite forte, a estimé par ailleurs que  la droite est actuellement "extrêmement malade". "Tout est à rebâtir", sans se soumettre au Front National ni à la République en marche, a-t-il dit.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

La recette du vrai Pithiviers

Près de chez vous

Les + Lus