Dans ce hangar de 26 000 m2 à Mer (Loir-et-Cher), les colis arrivent de toute la France. Ils sont déchargés et envoyés ensuite sur la trieuse de paquets à grand débit. Cette machine de près d’un kilomètre de long (960 mètres exactement) trie 6 jours sur 7 et 22 heures sur 24 et expédie dans les 6 départements de notre région ainsi que dans le Maine-et-Loire, la Nièvre, la Sarthe, les Deux-Sèvres, la Vienne et l’Yonne.
Les paquets de 0 à 30 kilogrammes passent sous un puits de lumière qui lit les codes-barres et les envoie vers leur destination.

Grégoire Grichois

La Poste se prépare dès maintenant


Tous les jours, 160 000 colis passent par cette plateforme. En décembre, le trafic devrait doubler pour atteindre 320 000. Pour faire face à ce pic d’activité, la Poste s’organise dès maintenant. Elle achète « un plan de transport complémentaire » pour doubler le nombre de camions qui entrent et qui sortent tous les jours de la plateforme. De 250 camions par jour actuellement, elle passera à 500 durant les 3 semaines avant Noël.

Une main-d'oeuvre supplémentaire

La Poste a besoin également de moyens humains supplémentaires. Une centaine de personne seront recrutées et formées d’ici décembre, l’effectif passera alors de 200 à 300 personnes.
L'augmentation du e-commerce notamment au moment des fêtes de Noël explique cette hausse du trafic. Les habitudes de consommation des français ont évolué depuis plusieurs années : ils achètent de plus en plus par internet. 

Le Père Noël n’a donc pas de souci à se faire : les cadeaux devraient être au pied du sapin le matin du 25 décembre.