Il y a trente ans, quatre membres d'Action Directe étaient arrêtés à Vitry-aux-Loges

Les quatre membres d'Action Directe arrêtés il y a trente ans à Vitry-aux-Loges (Loiret)
Les quatre membres d'Action Directe arrêtés il y a trente ans à Vitry-aux-Loges (Loiret)

C'était dans une ferme isolée, non loin de Vitry-aux-Loges dans le Loiret, il y a trente ans. Le 21 février 1987, quatre membres du noyau dur d'Action Directe sont arrêtés par les policiers du Raid. Retour sur un événement qui a marqué le Loiret et la France entière

Par Elsa Cadier

La ferme où les membres d'Action Directe ont été interpellés à Vitry-aux-Loges (Loiret) / © INA


Quatre membres d'Action Directe arrêtés à Vitry-aux-Loges

C'était il y a trente ans, le samedi 21 février 1987. Dans une ferme isolée près de Vitry-aux-Loges dans le Loiret, les policiers du Raid interpellent quatre personnes. Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani. Ils sont le noyau dur d'Action Directe, un groupe révolutionnaire fondé en 1979 qui regroupe des militants de l'extrême gauche radicale, de milieux anarchistes, libertaires et maoïstes et qui revendique plus de 80 attentats et assassinats.  

Ils projetaient d'enlever une personnalité

Lors de l'interpellation, les policiers découvrent un véritable arsenal : un fusil d'assaut, 30 kilos d'explosif, 80 détonateurs, du matériel d'écoute très sophistiqué, ainsi que des listes de personnalités à enlever ou à tuer. On découvre également l'original de la revendication de l'assassinat de Georges Besse, Président Directeur Général de Renault, abattu en novembre 1986 et une pièce aménagée en prison. Les enquêteurs pensent alors qu'Action Directe projete d'enlever une personnalité importante. 
L'original de la revendication de l'assassinat de George Besse, PDG de Renault

La réclusion à perpétuité

Le 14 janvier 1989, JM Rouillan, J.Aubron, G.Cipriani, N.Ménigon et A.Olivier (fondateur d'Action Directe avec Jean-marc Rouillan et arrêté le 28 mars 1986 à Lyon) sont condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité. Régis Schleicher, autre membre important du groupe (arrêté en 1984) avait été condamné à la même peine en 1987.
Joëlle Aubron est décédée en 2006. Nathalie Ménigon est sortie de prison le 2 août 2008 en liberté conditionnelle. Jean-Marc Rouillan a lui aussi bénéficié aussi d'une semi-liberté en 2012 après 24 ans de prison. En septembre 2016, il s'est fait remarqué pour apologie du terrorisme, après avoir qualifié les djihadistes qui ont frappé la France de « très courageux ». Il a été condamné à huit mois de prison. 

►Reportage sur Antenne 2


Sur le même sujet

« Les mains à la pâte » : rencontre avec Dylan, apprenti boulanger au CFA d'Orléans

Près de chez vous

Les + Lus