Grève des fonctionnaires : mobilisation générale

Beaucoup de monde attendu dans les rues ce mardi 10 octobre (Archives) / © France 3 Centre-Val de Loire/A.Moreau
Beaucoup de monde attendu dans les rues ce mardi 10 octobre (Archives) / © France 3 Centre-Val de Loire/A.Moreau

Des perturbations sont à prévoir ce mardi 10 octobre dans de nombreux services publics. Toutes les centrales syndicales ont appelé à manifester contre les mesures du gouvernement concernant le gel des salaires ou la baisse des effectifs. Exemple dans le Loiret.

Par Ch. Chapiotin avec Alain Heudes et AFP

Pour trouver la dernière manifestation unitaire de la fonction publique, il faut remonter à 2007, et elle portait déjà sur le pouvoir d'achat des fonctionnaires et sur l'emploi public. Dix ans plus tard donc, les mêmes arguments seront les slogans de la manifestation de ce mardi 10 octobre.

Pêle-mêle, toutes les centrales syndicales dénoncent le nouveau gel du point d'indice, l'augmentation de la CSG, la disparition des contrats aidés ou la fonte des effectifs. Partout l'Etat impose des économies et ces décisions impactent le quotidien des fonctionnaires, notamment dans les collectivités locales.

Un constat qui touche aussi l'éducation ou la santé. L'hôpital est aujourdhui en souffrance, particulièrement dans le secteur psychiatrique.

Pour toutes ces raisons les fonctionnaires seront dans la rue ce mardi et bon nombre de services publics devaraient être fortement impactés par la grève.

Le reportage d'Alain Heudes et Pierre-Dominique Lepais dans le Loiret 
Grève de la fonction publique le 10 octobre
L'appel a été lancé par tous les syndicats pour protester contre les dernières mesures du gouvernement : le gel des salaires ou encore la baisse des effectifs.  - A. Heudes, P.Do Lepais, S. Schneider


Les impacts dans les différents secteurs : 


EDUCATION

Tous les enseignants sont appelés à la grève par leurs syndicats, y compris ceux du privé. Selon le Snuipp-FSU, premier syndicat dans
le primaire, près d'un enseignant sur deux sera en grève. La loi d'août 2008 a instauré un droit d'accueil des élèves en maternelle et élémentaire, mais le service minimum ne sera pas assuré partout. Trois sujets irritent particulièrement les enseignants: les salaires, la réinstauration du jour de carence et la réduction du nombre de contrats aidés, qui jouent un rôle-clé pour le bon fonctionnement des établissements.


HÔPITAUX

Première depuis la loi Bachelot de 2009, une dizaine de syndicats de praticiens hospitaliers (PH) se sont joints à l'appel de la fonction publique. Médecins, pharmaciens et dentistes sont invités à faire grève avec les personnels paramédicaux (aide-soignants, infirmiers, etc...) pour dénoncer en choeur la dégradation de leurs conditions de travail et "l'étranglement financier" de l'hôpital. Comme eux, les PH sont concernés par le gel du point d'indice ou le rétablissement du jour de carence en cas d'arrêt maladie. Ils s'élèvent plus généralement contre la baisse de leur pouvoir d'achat. Conséquence: des opérations pourraient être reportées.


TRANSPORTS

La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a recommandé aux compagnies aériennes de réduire de 30% leurs vols dans les aéroports de Paris-CDG, Paris-Orly, Beauvais, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, en raison des appels à la grève de quatre syndicats (CGT, FO, CFDT et l'Unsa). Des perturbations sont attendues "sur l'ensemble du territoire". Pour sa part, EasyJet a supprimé 104 vols, depuis et vers la France, de lundi soir à mardi.

Tous les trains TGV, Transilien, TER, Eurostar, Thalys devraient rouler normalement et les Intercités quasi-normalement malgré les préavis de grève des syndicats SUD (3e), qui veut faire "converger" les luttes, et CFDT (4e), qui dénonce les ordonnances et la hausse de la CSG. La CGT (1er) n'appelle pas à des débrayages mais incite par "solidarité" les cheminots à rejoindre les cortèges, comme l'Unsa (2e) qui dénonce plus globalement des "attaques envers les salariés".

Côté RATP, la régie prévoit un trafic normal hormis sur le RER B, légèrement perturbé. Les trois syndicats représentatifs, CGT, Unsa et SUD, appellent à manifester. Par "tous les moyens possibles" pour SUD (3e), y compris la grève. La CGT-RATP, qui n'a pas déposé de préavis, évoque la construction de "convergences" contre "toute remise en cause des droits des travailleurs et la destruction sociale. L'Unsa, dont le préavis concerne uniquement la maintenance, et SUD insistent sur la hausse de la CSG et la défense des "acquis" des agents RATP.


AUTRES SECTEURS

Chez les policiers, Alternative CFDT et l'Unsa-police ont appelé leurs troupes à gonfler les cortèges. Les autres syndicats relaient les appels à manifester lancés par leurs confédérations.

Les personnels d'anciennes entreprises du secteur public comme La Poste et Orange, qui emploient encore des fonctionnaires, et plus largement pour la CGT "l'ensemble des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications" (SFR, Free, Chronopost...), sont aussi appelés à se mobiliser.

Même chose pour les agents, de droit public ou de droit privé, de Pôle Emploi, pour protester contre des suppressions de postes et la présentation d'un budget en baisse de quatre milliards d'euros en cinq ans, ou pour ceux des chambres de commerce et d'industrie.

Au tribunal de Bobigny, la CGT appelle les greffiers à empêcher la tenue des audiences pour protester contre des effectifs insuffisants qui pèsent sur les conditions de travail, ainsi que le manque de "matériel".




Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

portrait de l'UB Chartres Métropole

Près de chez vous

Les + Lus