34,98% des voix pour Charles-Eric Lemaignen (LR) contre 65,02% pour sa rivale Stéphanie Rist. Le résultat est sans appel. A la sortie de la préfecture, le perdant s’interroge sur sa stratégie de campagne : « Peut-être que je ne suis pas assez politique, j’aime les dossiers c’est vrai, je suis peut-être trop technique. »

Malgré cette autocritique, le candidat Les Républicains a la défaite amère : «  Entre guillemets, je ne suis pas une pute ! »  a-t-il déclaré, « J’ai toujours défendu mes valeurs, j’ai défendu un projet pour mon territoire mais là, ça ne servait à rien (..) Du moment qu’il y avait l’étiquette Macron, n’importe qui passait forcément sur cette circonscription. » 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

Le candidat LR perd gros sur ces élections. Charles-Eric Lemaignen, 65 ans, dirigeait l’intercommunalité depuis 2001. La communauté d’agglomération d’abord puis d’Orléans Métropole. Quel que soit le résultat de ce scrutin, il s’était engagé à en quitter la présidence.

Il a tenu sa promesse et présenté sa démission le 16 juin dernier. Il devrait être remplacé par Olivier Carré (LR), député sortant de cette 1ère circonscription. Charles-Eric Lemaignen briguait justement le siège laissé libre par le maire d’Orléans qui a préféré la métropole.

Charles-Eric Lemaignen reste aujourd’hui conseiller municipal et conseiller communautaire ainsi que président de  l'Assemblée des Communautés de France (l'AdCF).

Aux législatives de 2012, il avait également échoué à devenir député sur la 6ème circonscription contre Valérie Corre (PS).


Voir le reportage sur les 1ère et 2ème circonscriptions ainsi que la réaction de Charle-Eric Lemaignen à l'issue du second tour ►

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.