Orléans : des chars, un marché et une église fleurie pour fêter Saint Fiacre

Cette édition a été marquée par le défilé de chars que les intempéries de l'an dernier avait rendu impossible à réaliser. / © France 3 Centre-Val de Loire
Cette édition a été marquée par le défilé de chars que les intempéries de l'an dernier avait rendu impossible à réaliser. / © France 3 Centre-Val de Loire

La capitale du Loiret a célébré le patron des jardiniers ce week-end avec une multitude de fleurs. 

Par Claire Courbet

C'est déjà la 211ème fête de la Saint Fiacre pour la ville d'Orléans dans le Loiret. Le patron des jardiniers a été fêté tout au long du week-end grâce à plusieurs animations qui ont jalonné cette incontournable « fête des 100 000 fleurs ».

Le vendredi a mis à l'honneur l'église Saint-Marceau, fleurie pour l'occasion. Une messe et une visite nocturne y ont été organisées. Le samedi, elle a accueilli le groupe Half Moon Jazz Collectif pour un concert. 

L'église Saint Marceau d'Orléans a été décorée pour l'occasion. / © France 3 Centre-Val de Loire
L'église Saint Marceau d'Orléans a été décorée pour l'occasion. / © France 3 Centre-Val de Loire


Mais la journée la plus chargée était ce dimanche qui a débuté avec la grand-messe solennelle de Saint-Fiacre et le marché, qui s'est ensuite poursuivie avec le défilé de chars fleuris. Cette édition a été marquée par ce défilé qui ne survient qu'une fois tous les cinq ans. D'abord prévu pour l'an dernier, il avait dû être décalé à cause des fortes intempéries qui avaient détruit une grande partie des fleurs destinées à la fête. La remise des prix du concours d'épouvantail a clôturé la journée. 

Notre équipe vous a donné un aperçu des festivités grâce à notre compte instagram


L'église fleurie sera encore visible lundi 28 août pour les retardataires déçus d'avoir manqué cette fête.

Qui était Saint Fiacre ?

Saint Fiacre était un moine irlandais venu aux alentours de Meaux au VIIe siècle où il a créé le monastère de Breuil. Il acquiert une expertise en phytothérapie, ce qui lui octroya des talents de guérisseurs. Il se crée un grand jardin autour de son monastère afin d'y faire pousser un potager nourricier et des herbes médicinales pour guérir les malades. Ce saint est souvent représenté avec une bêche qui aurait été ce en quoi s'est transformé son bâton lorsqu'il est tombé au sol.

A lire aussi

Sur le même sujet

Orléans : l'art contemporain comme lèche-vitrine avant la biennale d'architecture

Près de chez vous

Les + Lus