Le street fishing a débarqué à Paris sur le canal Saint Martin au début des années 2000. Une pratique de pêche urbaine mobile et rapide, très adaptée au rythme des jeunes citadins. En région, dans les villes traversées par des rivières ou des fleuves, ses adeptes sont de de plus en plus nombreux. Conviviale, la pêche de rue a le vent en poupe.

"On se décide toujours au dernier moment"

Orléans, quai du Châtelet, une fin d'après midi d'août, Arnaud et Tristan se sont donnés rendez-vous pour une partie de pêche urbaine. Qu'ils "décident toujours au dernier moment". Un apanage de leur âge, 17 ans et de l'insouciance qui va avec. Et à laquelle le street fishing s'avère très adapté. 


Une pêche taquine

Arnaud et Tristan pêchent ensemble depuis leur enfance. Il y a quatre ans, ils ont déserté les bords de l'Ile Charlemagne et du Loiret pour les quais de Loire en plein centre-ville d'Orléans. La pêche urbaine, c'est plus fun. « Au street fishing, on n'attend pas le poisson, on va le chercher, on le combat, on cherche à le tromper, c'est très amusant » font entendre d'une même voix les deux mordus de l'hameçon.

Et quand les poissons ne sont pas au rendez-vous, facile, ils se déplacent 50 mètres plus loin pour une nouvelle traque aux carnassiers. Perche, sandre, brochet, chevesnes, black bass… Et là on commence à saliver. Un petit brochet pour le dîner, ce ne serait pas si mal. Que nenni. Les prises sont relâchées aussitôt. C'est la « No kill attitude »  pratiquée par de plus en plus de pêcheurs. « Le but n'est pas rapporter de quoi manger. Ce qu'on aime, c'est tromper le poisson avec nos leurres » commentent Arnaud et Tristan, un brin taquins. 
Arnaud Goffinont et Tristan Metzer, pêcheurs urbains de carnassiers - Quai Châtelet - 29 août 2016 / © Ch.Launay
Arnaud Goffinont et Tristan Metzer, pêcheurs urbains de carnassiers - Quai Châtelet - 29 août 2016 / © Ch.Launay
Arnaud tient dans sa main la première prise de l'après midi. Une petite perche qui sera remise à l'eau aussitôt. / © Ch.Launay
Arnaud tient dans sa main la première prise de l'après midi. Une petite perche qui sera remise à l'eau aussitôt. / © Ch.Launay

 

Connected fishing

Si le pêcheur traditionnel garde secret l'emplacement de ses meilleurs spots, les amateurs de pêche urbaine se font un plaisir de les partager. En direct sur facebook, Arnaud et Tristan publient les photos de leur pêche à destination de la communauté de street fishers, histoire de les faire frétiller un peu. Une communauté qui compte près d'une centaine de membres sur l'agglomération d'Orléans.

« On ne revient jamais bredouille d'une sortie en ville » s'enthousiasment les deux jeunes hommes. Au dernier concours de street fishing organisé en août par le Sandre orléanais, Arnaud et Tristan sont arrivés respectivement 2e et 1er.

Dans quelques jours, ils rentrent tous les deux en terminale. La saison de pêche urbaine n'est pas finie pour autant. Jusqu'à l'arrivée des pluies qui gonfleront la Loire, il sera encore temps de "s'échapper après les cours" pour courir les quais du fleuve.

L'attirail du street fisher

Pour pratiquer la pêche urbaine un équipement léger suffit , une canne et une sacoche et des petites boîtes pour ranger son matériel. ►les explications d'Arnaud Goffinont en vidéo

L'équipement du street fisher
Arnaud Goffinaud nous donne le détail de son équipement de pêcheur urbain.  - France 3  - Ch.Launay

 

Quand le leurre devient fétiche

© Ch.Launay
© Ch.Launay

Sud d’Orléans. Un grand magasin d’articles de pêche. Le fringuant Matthieu Lestage nous dirige vers le rayon des leurres. Et là surprise !  Des centaines d'articles sont exposés, de toutes tailles, à tous les prix. Une vraie caverne d'Ali Baba pour amateurs de cannes. C'est qu'il en faut pour tout le monde "selon la saisonnalité, la profondeur de l’eau ou encore le type de poisson recherché " explique le fondu de pêche. Le stock de leurres du pêcheur est à la mesure de son appétit pour son passe-temps, souvent conséquent.

Parmi ces appâts artificiels, il y a toujours le chouchou du patron, un leurre fétiche que l’on « sait manipuler et dans lequel on a confiance » explique Matthieu. Et quand il disparaît dans un obstacle ou décroché par la proie, le pêcheur file aussitôt chez le marchand en racheter un. Le commerce est florissant ! 

L'instant pêche pour tout savoir sur les techniques de pêche. Par Matthieu Lestage
© Ch.Launay
© Ch.Launay
Un leurre de brochet / © Ch.Launay
Un leurre de brochet / © Ch.Launay

Bonus : La pêche urbaine gagne les quais de Loire à Tours

Nous avons rencontré des adeptes de pêche urbaine à Tours.  L'Indre-et-Loire est le 1er département de la région Centre-Val de Loire en nombre de cartes de pêche, près de 24 000. 
Street fishing à Tours
Nous avons rencontré des adeptes de pêche urbaine à Tours. Ils ont appris à pêcher tout petit en famille. L'indre-et-Loire est le 1er département de la région Centre-Val de Loire en nombre de cartes de pêche, près de 24 000. - France 3 Centre VDL