Amboise: plongée dans les souvenirs de bachelières du siècle dernier

Madeleine, Simone, Odette, Ginette et Ginette se rappellent encore très bien des conditions dans lesquelles elles ont passé leur bac. / © Cyril DEVILLE
Madeleine, Simone, Odette, Ginette et Ginette se rappellent encore très bien des conditions dans lesquelles elles ont passé leur bac. / © Cyril DEVILLE

Le bac a beaucoup évolué évidemment, mais il reste toujours gravé dans les mémoires de façon plus ou moins agréable. Nous sommes allés à la rencontre de plusieurs bachelières qui nous ont raconté leurs souvenirs.

Par Amélie Rigodanzo

Quand nos ados planchent sur les épreuves du bac, d’autres dans leur résidence d’Amboise échangent leurs souvenir d’examens. De petites histoires qui rencontrent aussi la grande Histoire car il faut se souvenir que cet examen est une institution vieille de plus de 200 ans. Comment nos anciens ont-ils vécu leurs périodes d’examens dont le premier d’entre eux très, important à la fin de l’école primaire : le certificat d’études?

Odette Girault, 94 ans, a passé son brevet élémentaire en 1934 à Poitiers avec René Monory, ancien Ministre de l’Education nationale, qui était un camarade de classe. Les épreuves du bac, elles, se sont déroulées quelques jours après la déclaration de la guerre. Il n’y avait donc aucun professeur. Tous étaient mobilisés. Ce sont donc des enseignants retraités de longue date qui ont été réquisitionnés pour faire passer les épreuves aux élèves.

ITW odette Giraut, bacheliere du siecle dernier

Ginette Huard, 94 ans, a passé son bac en 1940 à Tours. Au moment prévu de l’examen, tout le monde était sur les routes pour l’exode. Le bac avait donc été supprimé : "Il n’y avait plus d’académie, il n’y avait plus rien !" raconte-t-elle.  Au mois d’aout, le gouvernement s’est inquiété de cette génération qui ratait son année et a décidé d’organiser une session du bac en plein été.
ITW Ginette huard, bachelière du siècle dernier

Ginette Quintart, 91 ans, a passé son bac après la guerre, en 1946 à Lille. Elle se souvient qu’à l’époque "On passait le bac en deux jours ! C’était plus copieux." Il n’y avait pas non plus d’options. Toutes les matières étaient obligatoires.
ITW ginette Quintart, bacheliere du siecle denrier

Simone Roncier, 86 ans, a passé son bac en 1949 à Blois. Elle se rappelle que son père était très fier de ses enfants. La pression sur ses épaules était donc très grande au moment de passer le fameux sésame : "Pour lui, si je ne l’avais pas eu …. Je sentais qu’il fallait que je l’ai quoi !" raconte-t-elle.
ITW Simone Roncier, bacheliere du siecle dernier

Mention spéciale pour Madeleine Renault, 100 ans, qui n’a pas passé le bac mais compte à son palmarès de diplômée le certificat d’études passé en 1929 à Paris, le brevet et surtout le brevet supérieur pour devenir institutrice, passé en 1937 à Paris. Elle se souvient des longs dimanches de révisions où elle entendait les autres s’amuser dans la rue : "Je me disais : bientôt la fin de tout ça !" rit-elle, nostalgique.
ITW Madeline Renault, bacheliere du siecle dernier

Et vous qui passez le bac en 2017, quel souvenir en garderez-vous dans 80 ans ?


Sur le même sujet

Une loirétaine lance un appel au don de moelle osseuse

Près de chez vous

Les + Lus