publicité

Tours : La collision mortelle d'une voiture contre le tramway cachait un autre drame

Le chauffeur de la voiture qui est entré en collision avec un tram de Tours s’est suicidé. Selon le procureur l’homme était un repris de justice. Il avait enlevé la veille au soir son ex-épouse, qui avait réussi à s'échapper.

  • V.H (AFP)
  • Publié le 11/04/2014 | 16:06, mis à jour le 12/04/2014 | 17:46
L'homme de 58 avait enlevé puis séquestré son ex-femme. Il s'est suicidé en fonçant sur le tram. © Patrick Ferret et Luc Perrot/ France 3 Centre
© Patrick Ferret et Luc Perrot/ France 3 Centre L'homme de 58 avait enlevé puis séquestré son ex-femme. Il s'est suicidé en fonçant sur le tram.
Histoire rocambolesque à Tours. Un repris de justice récemment sorti de prison s'est suicidé spectaculairement ce midi, en fonçant sur le tramway en plein centre de Tours. Il venait d’enlever son ex-épouse, qui était parvenue à s'échapper deux heures plus tôt, a annoncé le procureur de la République à Tours, Jean-Luc Beck.

L'homme, un ancien médecin de Chambray-lès-Tours âgé de 58 ans, a foncé délibérément vers midi sur une rame du tramway à proximité de la place Jean-Jaurès, à deux pas de l'hôtel de ville de Tours et du palais de justice. Un jerrycan d'essence se trouvait dans l'habitacle et le véhicule s'est embrasé, a relaté le magistrat.

La rame redémarrait lorsque le véhicule est venu la percuter à grande vitesse, la faisant dérailler, a indiqué un porte-parole de la société Keolis, l'exploitant des transports en commun de l'agglomération de Tours.

"Ce n'est ni un accident, ni un attentat, mais l'épilogue d'une affaire de droit commun. Le conducteur était sorti de prison le 20 mars après avoir intégralement purgé une peine de sept ans de prison qui lui avait été infligée pour agression sexuelle par concubin, menaces de mort, violences sur mineur par ascendant", a indiqué M. Beck à la presse. La peine de prison avait été assortie d'un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans et l'ancien médecin avait rencontré récemment le juge d'application des peines dans ce cadre, "mais rien ne laissait prévoir une telle issue", a ajouté le procureur.

Interview du procureur de la République à Tours, Jean-Luc Beck.
Le procureur de la République de Tours, Jean-Luc Beck.

Enlèvement de son ex-épouse

Jeudi 11 avril au soir, il a attendu son ex-épouse, également médecin, âgée de 53 ans, à la sortie de son travail à Chambray-lès-Tours et "l'a embarquée de force dans son véhicule avant de l'emmener en forêt". La femme séquestrée dans la voiture a pu s'échapper vendredi en milieu de matinée et demander du secours. Légèrement blessée et choquée, elle a été prise en charge et hospitalisée.

Entre-temps, le fils de la victime s'était inquiété de l'absence de sa mère et, après avoir découvert son véhicule à proximité de son lieu de travail, avait alerté la gendarmerie tard jeudi soir. Entre 60 et 70 gendarmes ont été mobilisés pendant la nuit pour des recherches dans le secteur de la disparition, a expliqué le commandant de la compagnie de gendarmerie de Loches (Indre-et-Loire) Yvan Santouil.

"Il s'agissait d'une basse vengeance. Il a menacé son ex-épouse de la brûler vive place Jean Jaurès" à Tours, a commenté le procureur Jean-Luc Beck en soulignant que l'homme, qui niait les faits pour lesquels il avait été condamné, s'était vu refuser à "au moins deux reprises" une libération conditionnelle et était sorti de la prison de Poitiers-Vivonne en fin de peine.


Son suicide

Après la fuite de son ex-épouse, l'homme a repris le volant, et se rendant dans le centre de Tours, a mis un terme à son équipée en fonçant sur le tramway.

"Nous avons échappé au pire, il n'y a pas eu d'autre victime que le conducteur de la voiture", a commenté le magistrat, qui n'a pas souhaité révéler l'identité de la personne en cause afin de préserver la famille.


les + lus

les + partagés