Loiret : des collégiens de Patay renvoyés chez eux pour cause de panne de chauffage

Ce vendredi 6 janvier, les élèves habitants en Eure-et-Loir du collège de Patay dans le Loiret, ont été renvoyés chez eux. Il n'y avait plus de chauffage dans l'établissement. Les élèves résidents dans le Loiret, eux, ont dû rester, même si les cours n'étaient pas assurés

  • Par Elsa Cadier
  • Publié le , mis à jour le
Plus de chauffage au collège de Patay © Google maps

© Google maps Plus de chauffage au collège de Patay

Huit degrés dans les classes

C'est la goutte qui fait déborder le vase. Depuis le retour de vacances ce mardi, le collège de Patay dans le Loiret était non seulement insuffisamment chauffé (8 degrés celsius), mais il était également privé de connexion à internet. Ce vendredi 6 janvier au matin, l'établissement a en plus été confronté à une panne complète de chauffage.

 

Les élèves d'Eure-et-Loir renvoyés chez eux, mais pas ceux du Loiret

En accord avec l'inspection académique, la principale du collège Alfred de Musset a donc pris la décision de renvoyer chez eux les 150 élèves (sur 450) habitants en Eure-et-Loir. Les cours n'ont pas été assurés, mais les élèves résidents dans le Loiret eux, n'ont pas eu l'autorisation de partir, "le Conseil Départemental estimant que la relance de la chaudière avait été effectuée en début de matinée", a précisé dans un communiqué le syndicat des personnels de l'Education nationale FSU 45 (Fédération Syndicale Unitaire) .

Le syndicat rajoute que "les pannes de chaudière sont récurrentes depuis la construction de l'établissement en 2005, en dépit de plusieurs interventions de représentants des enseignants au Conseil d'Administration du collège et d'un courrier adressé au président du Conseil alors Général."

Les cours devraient reprendre normalement lundi 9 janvier.
www.clg-alfred-de-musset-patay.tice.ac-orleans-tours.fr/eva

L'actu de votre région en vidéo

Cher : les aides pour le passage au bio tardent à arriver

Dans le Cher, la reconversion dans le bio est synonyme de mauvaise surprise financière pour certains agriculteurs qui n'ont pas touché l'intégralité des aides promises par la PAC (politique agricole commune). L'un d'eux dit même être dans l'attente de 115 000 euros. Les relations avec les banques deviennent alors tendues.

Olivier Lopez, Mekhak Movsissian et Delphine Vandal-Morin

© France 3 Centre-Val de Loire

Lire l'article
Cher : la reconversion dans le bio parfois synonyme de mauvaise surprise financière
les + lus
les + partagés