publicité

Les chevaliers blancs : l'Arche de Zoé de la réalité à la fiction

Le film sort ce mercredi 20 janvier dans les salles. Les chevaliers Blancs du réalisateur belge Joachim Lafosse s'inspire de l'affaire de l'Arche de Zoé.

  • Par Isabelle Forboteaux
  • Publié le , mis à jour le
© Fabrizio Maltese/Versus Productions Les films du Worso

© Fabrizio Maltese/Versus Productions Les films du Worso

Vincent Lindon, Valérie Donzelli, Louise Bourgoin, Reda Kateb sont à l'affiche des Chevaliers Blancs.
L'histoire parle à la fois d'ONG, d'Afrique, d'enfants et d'Adoption. Mais aussi de transactions, d'argent. Elle s'inspire semble-t-il de l'affaire de l'Arche de Zoé.

Pour la réalité… C'est en 2007 que l'affaire éclate.
Une association du nom de l'Arche de Zoé est partie au Tchad pour "exfiltrer" des enfants victimes de la guerre au Darfour
Plus d'une centaine de petits doit arriver en France à l'aéroport de Vatry dans la Marne où un hôpital de campagne a d'ailleurs été mis en place.
Au dernier moment, alors que l'avion est prêt à embarquer les enfants et les membres de l'ONG, ces derniers sont arrêtés, incarcérés et condamnés à 8 ans de travaux forcés. Ils sont accusés, par les autorités tchadiennes, d'enlèvement d'enfants.

Finalement le gouvernement français négociera leur retour en France et le Tchad lèvera la condamnation. Deux des membres de l'association seront condamnés en appelen France à deux ans de prison avec sursis en février 2014 reconnus coupables d'escroquerie et d' exercice illicite d'intermédiaire en adoption.

Pour réaliser son film, Joachim Lafosse, dit s'être "nourri des faits rapportés par des journalistes pour en faire une œuvre de fiction." Le réalisateur n'a pas souhaité rencontrer les protagonistes ni coller aux faits.

Cependant comme l'affaire n'a, en grande partie, évoqué que la déroute de cette ONG, que les médias ont abordé particulièrement la tromperie, le rapt d'enfants, il était difficile au réalisateur, qui ne fait pas là un travail d'enquête, de s'appuyer sur d'autres choses.

Comme sur les familles d'accueil qui ont été très peu nombreuses à porter plainte. Certaines ont même demandé à témoigner devant la Cour d'Appel pour évoquer leurs points de vue. Ces familles, qui après avoir entendu l'information sur une radio nationale en juillet 2007, ont décidé de se lancer dans cette aventure.

De s'appuyer aussi sur une ambiance de politique internationale entre la France et le Tchad pour le moins équivoque voire très compliquée.

D'évoquer également les relations avérées entre l'ONG et le gouvernement français de l'époque et notamment le Quai d'Orsay.

L'Arche de Zoé s'est ingérée dans la vie de ces familles africaines, les a trompées, sans nul doute. Mais l'Arche de Zoé n'est pas partie sans avoir averti les autorités et prévue son retour en France.

Une affaire devenue fiction mais qui mériterait encore des éclaircissements, 8 ans après.
les + lus
les + partagés