publicité

Incidents en marge du match Reims-Bastia : un blessé et des supporters corses interpellés

En marge du match Reims-Bastia, un supporter corse a été blessé et huit autres ont été placés en garde à vue après des échauffourées samedi soir dans le centre-ville rémois avec la police. Les supporters interpellés seront jugés en comparution immédiate ce lundi après-midi.

  • Par Florent Boutet
  • Publié le , mis à jour le
© MaxPPP

© MaxPPP

Ambiance aux antipodes de la Saint-Valentin dans les rangs des ultras bastiais. Les supporters corses ont la réputation d'être parmi les plus turbulents du championnat. Ce samedi soir encore, leur déplacement à Reims a été emaillé d'incidents.

Tout a débuté avant le match, peu avant 19 heures, avec une détonation qui a retenti dans le centre-ville de Reims. En plein état d'urgence, les habitants ont vite fait part de leur inquiétude et de leurs interrogations sur les réseaux sociaux. Une seconde explosion suivra rapidement la première. Dans les deux cas, il s'agissait de bombes agricoles.
Les incidents reprendront après la rencontre. Malgré la victoire de leur équipe (la première à l'extérieur cette saison), des ultras bastiais déambulant en ville auraient provoqué les forces de l'ordre. Jets d'objets, slogans racistes : la police a fini par charger, et a interpellé huit supporters corses. Ils seront jugés en comparution immédiate ce lundi après-midi.

Un supporter corse gravement blessé à l'oeil

Un jeune supporter, un étudiant corse prénommé Maxime, a été gravement blessé lors de ces affrontements. Selon un message publié sur les réseaux sociaux par le club de supporters Bastia 1905, il aurait perdu l'usage d'un oeil. Une information également relayée sur le site internet du SC-Bastia. Ce lundi, la victime est toujours hospitalisée au CHU de Reims.

D'après le parquet, les forces de l'ordre n'auraient fait usage de flashball qu'à une seule reprise dans la soirée, et ce tir ne serait pas à l'origine de la blessure.

Avalanche de réactions sur l'île

Ces échauffourés ont suscité une avalanche de réactions sur l'île : le club de supporters Bastia 1905 dénonce un "passage à tabac par des forces de police surexcitées et armées".

Dans son communiqué, l'association explique que c'est "lors de notre trajet pour rejoindre le bus (NDLR : garé derrière la cathédrale) que ces dernières ont décidé de nous charger sans discernement ni maîtrise allant jusqu'à renverser un des nôtres avec une voiture. Plusieurs turchini (supporters du SC-Bastia) sont blessés, et un des nôtres a été opéré d'urgence suite à un tir de flashball en plein visage".

L'affaire devient politique

Les élus corses nationalistes ont également pris position en faveur des supporters interpellés. Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni dénonce dans un communiqué "le caractère raciste qui semble avoir entouré les affrontements".

Quant au président de la Collectivité territoriale, Gilles Simeoni, il a publié sur sa page Facebook un message de soutien à la famille du blessé le plus gravement touché : "J'ai demandé des explications officielles et une enquête impartiale sur les circonstances de ce grave incident".

Violents affrontements à Bastia

Une manifestation de soutien à la victime a réuni 400 personnes dimanche soir devant le commissariat de Bastia à l'appel d'organisations nationalistes corses. Un rassemblement qui, selon nos confrères de France 3 Corse, a dégéneré avec des projectiles et des grenades lacrimogènes échangés entre manifestants et policiers.

Le procureur de la République de Reims doit tenir une conférence de presse ce lundi en fin de matinée.

Plus d'informations à venir.


C'est avec tristesse et colère que nous apprenons que notre membre et ami a perdu la vue de son œil blessé.Nous avons ...

Posté par Bastia 1905 sur dimanche 14 février 2016



 

L'actu de votre région en vidéo

Rentrée scolaire anticipée à Poilcourt-Sydney (Ardennes)

Une rentrée scolaire pour le moins précoce aujourd'hui dans les Ardennes : une semaine d'avance pour les élèves de l'école de Poilcourt. Travailler tôt pour travailler moins le restant de l'année. Interviews : parents d'élèves ; Renaud Averly - président de la communauté de communes du Pays Rethélois ; Soraya Nacry - Directrice de l'école des Deux Vallées à Poilcourt-Sydney - France 3 Champagne-Ardenne - Nicole Fachet, Claudine Crenn, Emmanuelle Lagrange.

Lire l'article
C'est déjà la rentrée pour certains écoliers
les + lus