COP 21 : Le plastique, nouveau défi du bateau solaire Race for Water

© ©Race for Water 2015 / Vincent Brunet
© ©Race for Water 2015 / Vincent Brunet

60 à 80% de la pollution des océans provient des déchets plastiques. Face à ce constat, plusieurs initiatives ont vu le jour, comme celle de la fondation Race for Water, qui veut transformer le plastique avant qu'il n'atteigne la mer. Son bateau ambassadeur était à Paris pour la Cop 21.

Par Marie Herenstein

On le connaissait sous le nom de Planet Solar, célèbre pour le premier tour du monde accompli par un bateau solaire entre 2010 et 2012. Mais depuis le printemps dernier, il a changé de main et de nom.

C'est donc Race for Water qui s'est amarré sur les bords de Seine pendant la durée de la conférence de Paris sur le climat. La fondation suisse du même nom, à laquelle il appartient désormais, a rejoint la plateforme Océan et Climat, à qui l'on doit les #OceanforClimatedays la semaine dernière.

Cette grande mobilisation de tous les acteurs de l'océan avait pour objectif la sensibilisation des négociateurs, institutions, communautés scientifiques et économiques ainsi que le grand public au rôle fondamental de l’océan en tant que régulateur du climat.

La pollution est partout

Fondation dédiée à la préservation de l'eau, Race for Water s'est lancée dans l'étude de l'un des grands désastres environnementaux: la pollution de l'eau par les plastiques. Pour réaliser son projet, elle bénéficie de son mutlicoque R4WO (voir plus bas) et d'un ambassadeur, ce catamaran solaire. 
Lucie Gerber
Des millions de tonnes de plastiques termineraient dans l'océan chaque année, provoquant des dommages sur les écosystèmes, l'économie et la santé ! On estime que 80% de ces déchets plastiques découleraient directement des actions humaines à terre. Les 20% restants seraient issus des activités en mer: trafic maritime, pêche, aquaculture, exploitation des plateformes pétrolières.

Le coût des dommages causés par les déchets plastiques sur les écosystèmes marins, le tourisme et la pêche est estimé à 13 milliards de dollars chaque année






En 2015, la Fondation a donc lancé la Race for Water Odyssey (R4WO), à bord de son multicoque. Une expédition à visée scientifique (qui s'est achevée prématurément pour cause de chavirage dans l'océan Indien) destinée à mieux comprendre les impacts de cette pollution et dont les résultats devraient être communiqués l'année prochaine.
Race for water odyssey, clip officiel
Alors que faire face au constat? Nettoyer les gyres, ces tourbillons marins au sein desquels s'accumulent les plastiques, souvent décomposés en microparticules, comme le propose The ocean clean up 
 / © Race for Water - Peter Charaf
/ © Race for Water - Peter Charaf
« Suite à l’Odyssey, notre constat est clair : la pollution par les plastiques touche toutes les régions du monde, elle est partout. Il faut agir en amont, empêcher l’entrée du plastique dans les voies d’eau en favorisant la valorisation des déchets. Des projets pilotes permettant de transformer les déchets en énergie seront déployés dès 2016 » explique Marco Simeoni, président de la fondation.

"A grande échelle, un nettoyage efficace est irréaliste" remarque-t-on encore au sein de l'équipe Race for Water. 
"Le but est de préserver l’eau tout en ayant un impact positif sur les communautés locales, les populations les plus affectées par cette pollution, grâce à une approche inspirée de l'entreprenariat social et de l'économie circulaire".

Pour étayer les propos, une exposition photos intitulée "Tong - Where are yours..." était présentée sur le pont du bateau.

Tong - Where are yours ...

D'autres bateaux, comme le voilier Tara ou l'expédition 7e continent se sont également engagés dans la lutte contre la pollution plastique.

L'expédition 7e continent

A noter encore cette initiative, en dehors des milieux marins, touvée sur Tweeter. Coup de com ou intégration réelle de la problématique, l'avenir nous le dira...



 

 

L'océan et le plastique

La situation de la pollution plastique en 2015, c'est:

        ​5 vortex (tourbillons marins) de déchets plastiques

        ​260 000 tonnes de particules de plastique flottant dans l’océan

​        ​Plus de 3,5 milliards de personnes qui dépendent des océans pour se nourrir

        ​1 million d’oiseaux tués chaque année

        ​250 millions de tonnes de plastique produites chaque année, dont plus de 10% finissent à la mer

Sur le même sujet

Des chapelles à vendre en Poitou