Portes closes à la permanence du parti socialiste de Haute-Corse

C'est sans conteste la conséquence du climat extrêmement tendu dans les rangs du parti socialiste de Haute-Corse, pour la bataille des municipales. Ce week-end, la secrétaire du PS de Haute-Corse, Emmanuelle de Gentili a fait changer les serrures de la permanence du parti à Bastia.

  • Par Grégoire Bézie
  • Publié le , mis à jour le
Nouvel épisode dans la fracture au sein des rangs socialiste pour les municipales à Bastia, l'alliance entre François Tatti et Emmanuelle de Gentili © FTViaStella

© FTViaStella Nouvel épisode dans la fracture au sein des rangs socialiste pour les municipales à Bastia, l'alliance entre François Tatti et Emmanuelle de Gentili

Dimanche 15 décembre, Jean Geronimi, secrétaire de la section du parti socialiste de Bastia a eu la surprise de constater que les serrures du siège de la fédération départementale avaient été changées. 

"Moi je suis secrétaire de section, je suis permanent, je suis tous les jours ici, j'assume toutes les responsabilités depuis 15 ans" s'est insurgé Jean Geronimi, dimanche soir devant les portes closes de la permanence.   
Bastia : la guerre (des sondages) est déclarée

Gilles Simeoni, tête de liste "Bastia inseme", Jean-Louis Milani, candidat de l'UMP, Jean Geronimi, secrétaire du parti socialiste de Haute-Corse


"C'est le local de la fédération de Haute-Corse" a expliqué Emmanuelle de Gentili. "Il (Jean Geronimi, ndrl) peut en disposer aux heures de bureau comme tout le monde, (...) en revanche pour organiser des réunions sans en aviser la première secrétaire, ce n'est pas pareil" a-t-elle indiqué.  

Jean Geronimi fait parti des trente-six élus et militants du parti socialiste de Haute-Corse qui ont annoncé vendredi dernier rallier la liste d'Union de la gauche de Jean Zuccarelli (PRG-PC), candidat à la mairie de Bastia.

Cette nouvelle fracture au sein du PS intervient alors qu'Emmanuelle de Gentili et François Tatti ont annoncé leur union samedi 14 décembre pour proposer une alternative de gauche au candidat du PRG. 

Et la guerre n'est pas finie. Le PRG, par la voix de son président Jean-Michel Baylet, a officiellement réclamé le soutien du PS et la 4ème place de la liste sud-est pour les élections européennes au titre de son accord avec le PS. Place que revendique également Emmanuelle de Gentili. Affaire à suivre...

les + lus
les + partagés