publicité

Accord entre MCM (ex-SNCM) et Corsica Maritima : Ferry de France saisit le tribunal de commerce de Marseille

Fin janvier, le rapprochement entre MCM et Corsica Maritima pour la reprise de la SNCM était rendu public. L'accord ne satisfait pas Ferry de France, débouté par le tribunal de commerce de Marseille. Les porteurs du projet saisissent la justice. Ils craignent "un détournement de procédure". 

  • Par France 3 Corse ViaStella
  • Publié le 04/02/2016 | 18:10, mis à jour le 04/02/2016 | 19:42
A gauche, le président de MCM (ex-SNCM) Patrick Rocca et à droite, François Padrona, président de Corsica Maritima. Les 2 hommes d'affaire corses s'opposaient sur le dossier de la reprise de la SNCM. Le projet de Patrick Rocca a été choisi par le tribunal de commerce de Marseille en novembre. Fin janvier, il annonçait une fusion avec Corsica Maritima. © BORIS HORVAT / AFP

© BORIS HORVAT / AFP A gauche, le président de MCM (ex-SNCM) Patrick Rocca et à droite, François Padrona, président de Corsica Maritima. Les 2 hommes d'affaire corses s'opposaient sur le dossier de la reprise de la SNCM. Le projet de Patrick Rocca a été choisi par le tribunal de commerce de Marseille en novembre. Fin janvier, il annonçait une fusion avec Corsica Maritima.

C'est la semaine dernière que le groupe Arista et Christian Garin, porteurs du projet Ferry de France pour la reprise de la SNCM, ont appris le rapprochement entre MCM (ex-SNCM) et Corsica Maritima. Cette dernière avait pourtant été déboutée par le tribunal de commerce de Marseille, tout comme Ferry de France.

C'est le projet du chef d'entreprise corse Patrick Rocca, rebaptisé MCM, qui avait été choisi le 20 novembre dernier par les juges. Le 5 janvier, la SNCM est officiellement passée entre les mains de son nouveau propriétaire, Patrick Rocca, non sans provoquer la colère des syndicats. Comme il l'avait annoncé dans l'offre de reprise, 583 postes sur les 1.400 en CDI sont supprimés. 563 salariés ont reçu une lettre de licenciement.

Un détournement de procédure ?

Face à la "fusion-acquisition" de la MCM et de Corsica Maritima, le groupe Arista et Christian Garin ont saisi le tribunal de commerce de Marseille le 29 janvier. Dans un communiqué signé de leur avocat, ils expliquent s'interroger sur les "nombreuses questions économiques et juridiques" que posent l'accord. Le président du groupe Arista, Alexander Panagopoulos, estime que ce projet d'entente "laisse craindre un détournement de procédure qui devrait être sanctionné." 

Ils pourraient, dans les prochains jours, porter l'affaire à la Commission européenne et l'Autorité de la concurrence.

Explications en image :
Accord entre MCM (ex-SNCM) et Corsica Maritima : Ferry de France saisit le tribunal de commerce de Marseille

Journaliste : Olivier Castel Monteur : Fabien Bernardini

 

les + lus
les + partagés
publicité