Les castanéiculteurs corses s’attendent à de mauvaises récoltes

Illustration. / © Maxppp
Illustration. / © Maxppp

La saison des châtaignes approche en Corse mais cette année avec la sécheresse et la progression du Cynips, un insecte qui pond ses œufs dans les châtaigniers, les récoltes sont plus que jamais menacées.

Par France 3 Corse ViaStella

« Ottobre sente e castagne » chantait Canta U Populu Corsu. Actuellement, on a encore du mal à les sentir. Et cet hiver, les centaines de séchoirs de castanéiculteurs installés en Corse resteront très peu garnis, comme celui de Jean-Mathieu et de son père producteurs de châtaignes depuis une vingtaine d’années à Poggiolo.

Avec la sécheresse de cet été, le cynips, un insecte qui contamine les châtaigniers, la récolte est même remise en question. « Cette année il n’y a pas eu d’eau, il n’y a rien eu. Il a fait une chaleur terrible alors du coup, il n’y a pas grand-chose.

Beaucoup d’arbres sont secs pratiquement sur le pied, du coup le fruit cette année, il n’y a pas grand-chose
», indique Jean-Mathieu Corieiras, castanéiculteur et producteur de farine.

Selon l’office du développement agricole et rural de la Corse, les premiers résultats des lâchés de Taurimus, le prédateur du Cynips, sont encourageants mais dépendent des régions, du climat et des variétés de châtaignes.

Les castanéiculteurs corses s’attendent à une mauvaise récolte
Intervenants : Jean-Mathieu Corieiras , Castanéiculteur et Producteur de farine ; Michel Ciattoni, castanéiculteur et producteur de farine. Reportage : MARCHIANI Jean-André


« On lâche le Taurimus mais on ne voit pas encore les effets »


Malgré cela, les chiffres sont accablants. En 2010, la Corse produisait 110 tonnes de châtaignes, cinq ans plus tard c’est la dégringolade, la production annuelle chute à 39 tonnes. « Ça fait deux ou trois ans qu’on a le Cynips. Ca fait maintenant deux ans qu’on lâche le Taurimus, mais là on ne voit pas encore les effets », explique Jean-Mathieu Corieiras. 

Dans le Bozio, sur la commune de Mazzola, la situation est moins alarmante mais reste aléatoire pour Michel et ses dix hectares de châtaigniers. « C’est meilleur que l’année dernière, déjà parce qu’il n’y a pas eu de production. Mais on ne peut pas trop savoir à l’avance parce que les châtaignes vont se manifester dans un mois.

Et actuellement même les arbres qui ont du fruit, on ne sait pas ce qu’il y a à l’intérieur. Les fruits sont très petits, ce qui veut dire qu’il y aura peut-être des châtaignes mais pas de produits à l’intérieur
», précise Michel Ciattoni, castanéiculteur et producteur de farine.

Malgré le flou dans lequel se trouve les producteurs, la traditionnelle fiera di a castagna de Bocognano aura bien lieu en décembre prochain.


A lire aussi

Sur le même sujet

Maurice Tichadou condamné à 18 ans de réclusion criminelle

Près de chez vous

Les + Lus