Ajaccio : des caméras infrarouges pour identifier les pollueurs

Haro sur les ordures à Ajaccio. La municipalité se dote d'une vingtaine de caméras infrarouges pour traquer les contrevenants. Pour l'instant, le dispositif doit être validé par la préfecture et le parquet.

Par France 3 Corse ViaStella

Des policiers municipaux ramassant des déchets, le tableau peut paraître cynique. Autour de conteneurs dédiés au recyclage sur la route d’Alata à Ajaccio, des dépôts sauvages s’entassent en permanence. Pour retrouver les contrevenants, la brigade environnementale doit fouiller les sacs.

« Là il y a une preuve que la personne qui a jeté son sac a aussi jeté un relevé de comptes avec un solde assez important. Là, il sera verbalisé», indique Alex Guidoni, agent de la propreté urbaine d'Ajaccio. 

Ajaccio : installation de caméras infrarouges pour identifier les pollueurs
Intervenants : Alex Guidoni Agent de la propreté urbaine d'Ajaccio ; François Filoni Délégué de la police municipale d'Ajaccio délégué à la Propreté de la Ville ; Agent 39 Police municipale d'Ajaccio. Reportage : FERRER Caroline ; RENUCCI Marc-Antoine ; BERNARDINI Fabien


1 500 euros d'amende et confiscation du véhicule 


Néanmoins, nombre de ces sacs ne contiennent pas d’adresse. Pour confondre les pollueurs, la municipalité d’Ajaccio se tourne vers la technologie. Elle a décidé d’installer une vingtaine de caméras infrarouges et thermiques.

« Cela veut dire que quelqu’un qui va s’arrêter sur ce lieu avec son véhicule, il sera tout de suite identifié grâce à son véhicule. […] S’il s’arrête avec son véhicule ça veut dire qu’il commet une autre infraction, l’amende sera donc de 1 500 euros avec une confiscation du véhicule », indique François Filoni, délégué de la police municipale d'Ajaccio délégué à la Propreté de la Ville.

Les caméras pourraient également surveiller une autre zone située non loin du château de la Punta. Ici, le sol est jonché de seringues usagées. « C’est une des voies les plus empruntées d’Ajaccio. Le soir il y a peut-être 30 ou 40 enfants qui viennent jouer ici. Le coin est infecté », continue François Filoni. 

Pour l’instant la police municipale dresse 8 à 30 procès-verbaux par jour. Grâce aux caméras il devrait désormais être difficile aux contrevenants d’échapper aux amendes.


A lire aussi

Sur le même sujet

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus