publicité

Un comité de lutte contre le racisme et l'antisémitisme installé en Corse du Sud

Un comité de lutte contre le racisme et l'antisémistime est installé en Corse du Sud. Gilles Clavreul, délégué interministériel était à Ajaccio ce lundi. Le ministre de l'Intérieur avait annoncé sa création le 30 décembre dernier. Ces comités sont chargés d'élaborer des plans territoriaux.

  • Par Michèle Mignot
  • Publié le 08/02/2016 | 10:09, mis à jour le 08/02/2016 | 19:14
Michel Barat, recteur de l'académie de Corse, Gilles Clavreul délégué interministériel, Christophe Mirmand, préfet de Corse

Michel Barat, recteur de l'académie de Corse, Gilles Clavreul délégué interministériel, Christophe Mirmand, préfet de Corse

Un plan national de lutte contre le racisme et l'antisémistime a été élaboré et décliné en 40 actions opérationnelles sur une période de trois ans. Une enveloppe de 100 ME est dédiée.

Ce lundi, c'est en Corse du Sud que ce comité est installé en présence de Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Il en existe un par département, le comité de Haute-Corse avait été installé le 28 janvier dernier.

Pour Gilles Clavreul, les événements des Jardins de l'Empereur survenus fin décembre ont accéléré l'installation de ce comité:
Gilles Clavreul

Pour en savoir plus, consulter ici la communication du gouvernement en matière de lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

La République ne peut tolérer aucune zone de non-droit. Elle ne peut pas davantage accepter de zones où le respect, valeur républicaine essentielle, n’aurait pas sa place : l’injure raciste n’est tolérable ni dans l’espace public, ni dans les classes, ni sur internet. Parler de la Shoah, enseigner les génocides, évoquer l’esclavage, rappeler l’Histoire, toutes les histoires, doit être possible partout sans restriction, sans détour, parce que seule la connaissance peut faire reculer l’intolérance.


Ce lundi à Ajaccio, Gilles Clavreul devait effectuer des visites de terrain lundi après-midi, renconter des habitants des Jardins de l'Empereur puis des associations intervenant dans les quartiers.

Le reportage de Stella Rossi et Jennifer Cappai:
CORA
Christophe Mirmand Préfet de Corse / Michel Barat  Recteur de l'Académie de Corse / Claudine Tomasi Présidente de l'association du quartier des jardins de l'Empereur

La ligue des Droits de l'Homme section corse salue l'installation du comité de lutte contre le racisme et l'antisémistime (CORA) mais souligne :

La LDH est prête à agir dans le CORA. Elle rappelle que la vidéo-surveillance, coûteuse, n’est en rien une réponse à la montée du racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme. Il vaut mieux agir en mettant en place une veille de certains réseaux sociaux qui se distinguent depuis plusieurs mois par leur violence raciste. Mais au fond, la LDH considère que le véritable enjeu est éducatif. Beaucoup d’actions sont menées dans les écoles. Il faut agir encore plus. Pour sa part, la LDH est prête à y travailler.


L'intégralité du communiqué de la LDH  à lire ici :



les + lus
les + partagés