Association Iniziativa, l’école de la seconde chance

L’association Iniziativa souffle sa dixième bougie. Avec presque 40 salariés en contrat d'insertion, la structure permet aux publics éloignés de l'emploi de retrouver le chemin du travail. Le taux d'insertion après le passage en atelier est d'environ 60%.

Par A.A.

L’association Iniziativa fête ses dix ans. Et sur le chantier d’insertion Recycl’Éco qu’elle gère, on ne répare pas que le matériel électronique. Ici, on redonne aussi un petit coup de pouce à ceux qui ont connu des accidents de parcours.

Scandher est un ancien détenu, il a intégré le chantier d’insertion d’Ajaccio il y a un an. Aujourd’hui, le jeune homme s’apprête à ouvrir une boutique de vêtements. « C’est grâce à ici que j’ai réussi à faire tout ça.

Sinon j’aurais pas réussi déjà par rapport au passé et par rapport à beaucoup de choses, ça aurait été très compliqué.  Ça m’a permis d’avoir un salaire, de pouvoir travailler et de pouvoir vivre »
, explique-t-il.

Association Iniziativa, l’école de la seconde chance
Intervenants : Scandher; Jordane Veron; Elzbiéta Reportage : Caroline Ferrer; Jacques-Paul Stefani

« Le but c’est qu’ils restent chez nous le moins longtemps possible »


Actuellement 37 personnes bénéficient d’un contrat d’insertion. Ce sont des CDD de sept mois sur 26 heures hebdomadaires. De quoi renouer avec les exigences du monde du travail. « Respecter une hiérarchie, se lever le matin, travailler en équipe, tout ça pour certains c’est nouveau.

Il y a des gens pour qui ça ne pose aucun problème, d’autres pour qui c’est plus compliqué. Le but c’est qu’ils restent chez nous le moins longtemps possible puisque le but du jeu c’est qu’ils trouvent du travail »
, précise Jordane Veron, directrice du chantier Iniziativa.

À l’étage du bâtiment, au-dessus du chantier réservé à l’électronique, un atelier couture a ouvert ses portes l’an dernier. C’est ici qu’Elzbiéta travaille. Elle est Polonaise et cette expérience a été pour elle un tremplin. Elle intégrera une formation cuisine à l’Afpa en octobre prochain. « J’ai beaucoup progressé en français, la dame m’explique bien, même pour lire. Ici je travaille bien, je suis contente », livre-t-elle.

Comme Elzbiéta, d’autre public éloigné de l’emploi pourront bénéficier de ces contrats d’insertion dès septembre. Conseil départemental et association se réunissent régulièrement au pôle emploi pour repérer les futurs bénéficiaires.

Sur le même sujet

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus