Corse : le rapprochement Dupont-Aignan – Le Pen se fait aussi sur l'île

Corse : le rapprochement Dupont-Aignan – Le Pen se fait aussi dans l'île
Hyacinthe Santoni, de Debout la France; Francis Nadizi, du Rassemblement Bleu Marine (FN) - France 3 Corse ViaStella - Dominique Moret, Marion Fiamma, Vanessa Culioli

Marine Le Pen a annoncé, samedi 29 avril, qu'en cas de victoire, elle choisirait comme Premier ministre Nicolas Dupont-Aignan, candidat malheureux du premier tour avec 4,7% des voix. Un rapprochement qui satisfait les leaders insulaires des deux partis.

Par France 3 Corse ViaStella

La politique c'est aussi l'art de manier les symboles. C'est devant le monument célébrant les compagnons de la libération que Hyacinthe Santoni et Francis Nadizi nous donnent rendez-vous. Hyacinthe Santoni représente Nicolas Dupont-Aignan. Le candidat se revendiquant du gaullisme fait aujourd'hui cause commune avec Marine Le Pen.

"Je ne connais pas de politicien en France qui aurait dit au père, "mets-toi à l'écart, parce que les propos que tu tiens ou autres, ne sont pas dignes aujourd'hui". C'est le premier geste qu'elle a donné, très fort. Sur l'Europe, son attitude a suivi celle de Dupont-Aignan qui dit qu'il ne faut pas sortir immédiatement de l'euro. Il faut d'abord négocier et voir comment l'on peut s'entendre. C'est une attitude beaucoup moins dure, plus flexible", affirme Hyacinthe Santoni.

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont passé un accord en six points. La sortie de l'euro n'est plus un préalable à toute politique économique. Cette alliance a également pour effet de renforcer les fractures de la droite.

"Nous avons cette idée commune et ce combat commun que la nation va pouvoir s'exprimer. C’est-à-dire que la nation, c'est tout simplement le peuple. La souveraineté que l'on doit retrouver, c'est-à-dire un gouvernement de la France, pour la France et pour les Français. Et l'indépendance par rapport à une commission européenne qui est catastrophique pour la France", pense Francis Nadizi, du Rassemblement Bleu Marine (FN).

Lors des territoriales de 2015, la liste Debout la France avait réalisé 1 500 suffrages. L'accord d'aujourd'hui perdurera-t-il jusqu'à décembre prochain ? Éléments de réponse.

"D'abord, il faut que Marine Le Pen l'emporte, que Nicolas Dupont-Aignan soit Premier ministre, qu'il y ait un gouvernement compétent et puis tout va suivre, les législatives et les territoriales. Et puis pourquoi pas une liste commune aux territoriales", espère Hyacinthe Santoni, de Debout la France.

Cette alliance a provoqué la démission du vice-président de Debout la France, Dominique Jamet, qui a ironisé sur twitter :

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus