Double disparition à Ajaccio – La famille Orsini lance un cri d'alarme

Guillaume Orsini, fils de Dominique et Marie-Line Orsini, disparu la nuit du 12 mai 2011 à Ajaccio. / © FTVIASTELLA
Guillaume Orsini, fils de Dominique et Marie-Line Orsini, disparu la nuit du 12 mai 2011 à Ajaccio. / © FTVIASTELLA

Il y a six ans, dans la nuit du 12 au 13 mai 2011, Guillaume Orsini et Christophe Santini disparaissaient dans le centre d’Ajaccio. Le parquet vient d'adresser une demande de non-lieu au juge d'instruction. L'action judiciaire risque d'être abandonnée. Un abandon que refuse la famille Orsini.

Par France 3 Corse ViaStella

Cela fait six ans que le fils de Marie-Line et Dominique Orsini, Guillaume, a disparu. Pour les époux, il n'y a que des rumeurs, aucun fait établi.

L'enquête est ouverte pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. Mais fautes de charges, le parquet a requis un non-lieu. Les parents de Guillaume Orsini se sentent démunis.

"Pour moi, ils brassent beaucoup d'air, c'est tout ce qu'ils font si on regarde bien. Peut-être que pour certaines enquêtes, les gens qui sont connus, cela va beaucoup mieux. Mais nous, qui ne le sommes pas, on a rien de spécial", dénonce Dominique Orsini.

La mère du jeune homme disparu lance un cri de détresse : "On ne nous aide pas, on ne sait pas quoi faire. On ne sait pas comment il faut se tourner pour que l'on nous aide, on ne sait pas".

Guillaume Orsini et Christophe Santini ont été vus pour la dernière fois la nuit du 12 mai 2011 dans un bar-restaurant d'Ajaccio. Après un signalement pour disparition inquiétante, il aura fallu attendre un mois et demi pour que l'enquête s'oriente vers un assassinat. La partie civile estime qu'un temps précieux a été perdu.

Double disparition à Ajaccio – La famille Orsini lance un cri d'alarme
Intervenants : Dominique et Marie-Line Orsini, Me Antoine Vinier-Orsetti, avocat de la partie civile - France 3 Corse ViaStella - Dominique Moret, Marion Fiamma, Frédéric Guichard

Une enquête au point mort


"Plus on s'éloigne de la date de commission des faits, moins on a de chances d'élucider une affaire criminelle. Donc je pense effectivement qu'il y a eu une légèreté policière du 15 mai au 30 juin 2011", affirme Me Antoine Vinier-Orsetti, avocat de la partie civile.

La voiture de Christophe Santini est restée au parking du Diamant. Mais le soir de la disparition son téléphone mobile a borné du côté de la rive-sud. Les deux hommes étaient au cœur d'une enquête sur un supposé trafic de stupéfiant auquel ils se seraient livrés.

Les éléments détenus par la police dans ce dossier n'ont pas permis d'avancer sur l'assassinat.

Risque de non-lieu


"S'ils n'avaient pas disparu, ils auraient été interpellés dans les jours à venir. C'est-à-dire que vous avez aujourd'hui, et c'est un constat d'échec pour la justice, des gens qui sont surveillés, qui sont écoutés et qui disparaissent en toute impunité et qui sont manifestement victimes de faits criminels", explique ce même avocat.

Un non-lieu pourrait-être prononcé. Pour que l'appel de la partie civile soit entendu il faut de nouveaux éléments.

"J'aurai voulu que si des personnes savent, qu'ils nous disent. Qu'ils mettent juste un mot. Même sans donner leur identité, mais au moins, qu'ils nous donnent une piste", demande Marie-Line Orsini, mère du jeune homme disparu.

Sur le même sujet

La 28e édition des Nuits de la guitare est lancée

Près de chez vous

Les + Lus