De nouvelles techniques viticoles pour faire face à la sécheresse

En raison des fortes chaleurs, les vendanges sont de plus en plus précoces. Certains vignerons, comme Jean-Cjarles Abbatucci dans le Taravo, anticipent les changements climatiques en cultivant ailleurs et/ou autrement.

Dix jours d'avance sur la maturité des raisins; chez Jean-Charles Abbatucci, dans le bas Taravu, cette année les vendanges ont commencé le 14 août. Du côté le plus ensoleillé, les grains sont carrément cuits.

Jean-Charles Abbatucci possède 19 hectares sur la commune de Casalabriva, sur des coteaux exposés. La vigne est en palissage, elle s'étale horizontalement.

durée de la vidéo: 02 min 15
De nouvelles techniques viticoles pour faire face à la sécheresse

Des terrains moins exposés et une vigne taillée en gobelet


Mais dans un autre de ses domaines, à Serra di Ferro cette fois-ci, un hectare a été planté selon une autre méthode. Une fois les jeunes plants devenus grands, le viticulteur les taillera en gobelet: “On va avoir une forme de gobelet qui, avec le feuillage, va protéger le raisin en dessous.”, explique Jean-Charles Abbatucci.

Le deuxième terrain présente deux avantages : à 600 mètre d'altitude la chaleur est moindre que dans l'autre propriété en plaine et la zone est orientée nord. Le vigneron veut ainsi anticiper sur le changement climatique: “On le verra aussi dans le vin: on aura plus de fraîcheur et de finesse. Ce sera moins alcooleux, brut, rustique.”

En attendant que les jeunes vignes grandissent, le millésime en cours sera touché par la canicule. “On sera entre 30 et 40% de perte, surtout sur les rouges”, estime Jean-Charles Abbatucci.

Mais avec des quantités faibles, le vigneron espère que le cru 2017 sera exceptionnel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter