Législatives – Le binôme nationaliste dans la 1ère circonscription de Corse du Sud

15/05/2017 - Photo de famille à Corte -(Haute-Corse) pour les candidats nationalistes aux élections législatives 2017 / © FTVIASTELLA
15/05/2017 - Photo de famille à Corte -(Haute-Corse) pour les candidats nationalistes aux élections législatives 2017 / © FTVIASTELLA

Sous l’étiquette « per a Corsica », la présentation des candidats nationalistes à l'élection législative s'est déroulée à Corte. Dans la première circonscription de Corse du Sud, Jean-Paul Carrolaggi, 53 ans, et sa suppléante Julia Tiberi, 35 ans, sont candidats.

Par France 3 Corse ViaStella

"La droite se déchire, la gauche est atomisée et le Front national on n’en parle même pas". Voilà pour le résumé du paysage politique insulaire vu par Jean-Paul Carrolaggi.

A 53 ans, ce médecin ajaccien, militant de toujours se présente dans la première circonscription de Corse du Sud. Il est le seul candidat dans cette circonscription à n'exercer aucun mandat électif.

Pour les nationalistes, le message de cette campagne est le même pour toutes les circonscriptions : "Il faut l’amnistie pour les prisonniers, le statut fiscal, le statut de résident, c’est un message important et la décision se fera à Paris, donc si on a des représentants au Palais-Bourbon pour porter ces messages je pense que cela sera essentiel."

Législatives – Le binôme nationaliste dans la 1ère circonscription de Corse du Sud
Jean-Paul Carrolaggi, candidat Pè a Corsica aux législatives dans la 1ère ciconscription de la Corse-du-Sud; Julia Tiberi,suppléante.  - France 3 Corse ViaStella - Dominique Moret, Marion Fiamma

Sa suppléante Julia Tiberi, avocate de 35 ans, était sur la liste Femu a Corsica en 2015. A Ajaccio, contrairement à Bastia et Porto-Vecchio, les candidatures nationalistes changent à chaque scrutin.

Aux législatives de 2012, Romain Colonna et Paul Leonetti se présentent pour la première fois. Ils totalisent alors 13,8% des voix. Aucun des deux ne portera la liste aux municipales de 2014, elle sera conduite par José Filippi. Ces faibles résultats sont à contre-courant des scores territoriaux : 31,8% en 2015, plus de 39% en 2010. 

L'objectif est d'être présent au second tour. En cas de troisième place, il faudra passer la barre des 12,5% des suffrages soit obtenir un peu plus de 6 350 voix.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus