Mise en examen de François Fillon : “c’est très compliqué pour nous”

Mise en examen de François Fillon : "c’est très compliqué pour nous"
Marcel Francisci, président de la fédération Les Républicains de Corse-du-Sud - France 3 Corse ViaStella - Dominique Moret

François Fillon a été mis en examen mardi 14 mars dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et de ses enfants comme assistants parlementaires. Comment réagissent les élus de la droite insulaire suite à cette nouvelle ? La réponse avec Marcel Francisci.

Par France 3 Corse ViaStella

Dans l'affaire des emplois présumés fictifs de sa femme et de deux de ses enfants, François Fillon a été mis en examen, mardi 14 mars, a appris franceinfo de source judiciaire. L'ancien Premier ministre est mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux, ainsi que pour manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Marcel Francisci, président de la fédération Les Républicains de Corse-du-Sud a réagi :

« Je vous rappelle "Qui peut imaginer le général de Gaulle mis en examen ?". Il avait expliqué au début de ses problèmes que s’il était lui-même mis en examen, évidemment, il retirerait sa candidature pour nous expliquer quelques jours plus tard que finalement il avait changé d’avis. Pour moi, c’est incompréhensible. Et ce que je ne comprends pas, les Français ne le comprennent pas non plus. Et c’est très compliqué pour nous. »

ce que je ne comprends pas, les Français ne le comprennent pas non plus. Et c’est très compliqué pour nous

  • Qu’allez-vous faire ?

« Je n’appellerai pas à ne pas voter pour lui évidemment. Ce que je ferai personnellement, en mon âme et conscience, je l’ai décidé et je le ferai. Ce n’est pas mon rôle d’appeler à ne pas voter pour lui. Je ne comprends pas cet acharnement, pas plus que les Ajacciennes, les Ajacciens, les Corses, que j’entends quotidiennement, qui sont déroutés. Qu’ils partagent ou pas nos idées politiques, parce qu’il ne s’agit pas que des Républicains. Ecoutez, c’est le désarrois. »
 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Les repreuneurs du SC Bastia demandent la réintégration du SCB en Ligue 2

Près de chez vous

Les + Lus