Dans la 2e circonscription de Haute-Corse, les nationalistes veulent profiter d'une vague favorable

© FTVIASTELLA
© FTVIASTELLA

Une journée en campagne avec Jean-Felix Acquaviva et Petru-Antone Tomasi de Pe A Corsica dans la 2e circonscription de Haute-Corse. Ils entendent profiter de la vague qui a porté les nationalistes à la tête de la Collectivité territoriale.

Par France 3 Corse ViaStella

Jean-Felix Acquaviva est entré tardivement en campagne et la fait au pas de charge. La 2e circonscription de Haute-Corse est vaste, elle compte 192 communes. Elles sont rurales pour la plupart.

C'est précisément sur le développement de l'intérieur que le candidat se propose de croiser le fer au Palais Bourbon :

"Nous avons érigé l'intérieur et la montagne en cause prioritaire, en cause sacrée. Nous avons déjà réalisé un schéma d'aménagement de la montagne de 187 millions d'euros et nous allons traduire cela par une zone fiscale prioritaire de montagne que nous proposerions en loi des finances. Mais aussi par l'adaptation des services publics."

Dans la 2e circonscription de Haute-Corse, les nationalistes veulent profiter d'une vague favorable
Une journée en campagne avec Jean-Felix Acquaviva et Petru-Antone Tomasi de Pe A Corsica dans la 2e circonscription de Haute-Corse. Ils entendent profiter de la vague qui a porté les nationalistes à la tête de la Collectivité territoriale. - France 3 Corse ViaStella - Pierre Nicolas, Marion Lompageu

Pour son suppléant, Petru-Antone Tomasi, membre de Corsica Libera, même les indenpendantistes ont leur mot à dire à l'Assemblée nationale.

"Ce n'est pas contradictoire d'aller à l'élection et de siéger au Palais Bourbon à Paris. Il y a même une logique, une continuité. Il y a aujourd'hui un statut de la Corse qui est selon nous, notoirement insuffisant. Il y a des délibérations majoritaires où unanimes à l'Assemblée de Corse qui sont en jachère parce qu'il y a des blocages législatifs et constitutionnels. Il faut être donc représenté à Paris."

S'il est élu, Jean-Félix Acquaviva se battra soit comme député non-inscrit, soit au sein d'un groupe qu'il espère constituer avec des élus bretons, basques ou ultra-marins.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus