En Balagne, après les incendies, il fait trop sec pour replanter des arbres

Une famille d’agriculteurs de l’Argentella tire la sonnette d’alarme. Une partie des arbres de leur exploitation a brûlé dans un incendie au mois d’août. Incapables de replanter faute d'eau, ils en appellent désormais aux pouvoirs publics.

Par A.P.

Laetitia Simeoni regarde avec tristesse et colère les dégâts de l'incendie qui a de nouveau frappé, il y a quelques jours, la forêt plantée par son père, sur ses terres de l'Argentella.

Depuis plus de 20 ans, les Simeoni, se sont investi dans le reboisement de leurs terres d'Argentella. Déjà meurtris par plusieurs incendies, la famille a de nouveau été frappée par les flammes au mois d’août.

Le feu qui a touché sa propriété a brûlé environ 5000 arbres. Dans l'immédiat, Laetitia Simeoni se retrouve sans solution :  « A l'époque, où les arbres ont été plantés, c'était il y a plus de 25 ans, la région, était moins aride. […] alors réchauffement climatique ou changement climatique je ne sais pas, aujourd'hui nous n'avons absolument pas d'eau. Donc c'est impossible de replanter quoi que ce soit ».

En Balagne, après les incendies, il fait trop sec pour replanter des arbres
Intervenants : Laetitia Simeoni, agricultrice / Antoine Simeoni, agriculteur / Xavier Luciani , président de l'Office d'Equipement Hydraulique de Corse. Reportage : Fabien Farge, Stéphane Lapera

C’est son père, Antoine Simeoni qui s’était engagé il y a 20 ans à reboiser leur exploitation. Il cherchait ainsi à retenir l’eau avec les racines des arbres pour lutter contre la sécheresse… et les incendies :

Le terrain est très en pente et si vous travaillez le sol en descente, au premier orage tout redescend à la mer et il n'y a plus rien, il n’y a plus de sol. Qu’est-ce que faisaient les vieux avant ? Vous croyez qu'ils montaient des murs tous les 10 mètres pour le plaisir de ramasser des pierres ? C'est pour retenir la terre, et retenir l'eau tout simplement !

 

L’office hydraulique promet un nouvel aménagement


Réunis en association, les Simeoni et une vingtaine d'agriculteurs de la région, en appellent à l'Office des équipements hydrauliques de Corse (OEHC) pour obtenir un accès à l'eau agricole. Ils ont déposé un dossier il y a déjà près d'un an.

Le président de l’OEHC prévoit un aménagement « à proximité coté intérieur vers Calenzana, qui sera donc le Sambugo qui sera en plus une roue de secours pour le barrage du Reginu puisse qu'on augmentera la capacité de stockage de la Balagne de près de 25% ».

Des premières réunions sont annoncées début septembre mais l'Office hydraulique de Corse voit déjà plus loin. Il entend proposer un plan pluri-annuel d'investissement dès 2018.

Sur le même sujet

Culture : un voyage sensoriel sous forme de livre numérique

Près de chez vous

Les + Lus