Législatives - François Baroin veut relancer la campagne LR en Corse

© Christian Giugliano - FTVASTELLA
© Christian Giugliano - FTVASTELLA

François Baroin a passé deux jours en Corse auprès des candidats Les Républicains. Une visite dans le cadre de son tour de France des circonscriptions. Il s'agit de remobiliser les troupes après la défaite de la présidentielle alors que la campagne est plutôt en demi-teinte.

Par France 3 Corse ViaStella

J-8 avant le premier tour des élections législatives. Pour l'occasion, Sauveur Gandolfi-Scheit reçoit un soutien de poids : un message de soutien de Nicolas Sarkozy. Et un autre soutien vient de François Baroin, le chef de file du parti Les Républicains aux législatives.

Objectif : mobiliser les électeurs, obtenir une majorité LR et forcer le président Macron à une cohabitation.

Pari compliqué, même en Corse, terre de droite, la famille libérale, surtout en Haute-Corse, apparaît en difficulté. Est-ce parce que dans plusieurs communes de droite, dont Biguglia, le Front national est arrivé en tête lors de l'élection présidentielle ?

Les discours ont en tout cas insistés sur la Corse comme terre chrétienne.

"C'est le Front national qui est venu sur nos terres. La droite a toujours été ce qu'elle a été jusqu'à présent. Donc je vous dis que nous attendons avec impatience le 18 juin. Le 18 juin, on va discuter", affirme Sauveur Gandolfi-Scheit, député sortant et candidat Les Républicains dans la 1ère circonscription de Haute-Corse.

Législatives - François Baroin à la rescousse des candidats LR en Corse
Intervenants : Sauveur Gandolfi-Scheit, député sortant et candidat Les Républicains dans la 1ère circonscription de Haute-Corse; François Baroin; Stéphanie Grimaldi Candidate Les Républicains - 2ème circonscription de Haute-corse - France 3 Corse ViaStella - Anne-Marie Leccia, Christian Giugliano

Avec François Baroin, le gouvernement d'Emmanuel Macron était taxé de provisoire et incohérent. Sur la Corse, démonstration aussi des différences de positionnement. Cela sous-entend un report des élections territoriales.

"Je dis oui à la collectivité unique, mais je dis qu'elle ne doit pas être omnipotente mais qu'elle doit incarner l'équilibre. C'est la raison pour laquelle nous voulons le débat sur le statut de la Corse et qu'il revienne là où il doit se situer : au Parlement", indiquait ainsi François Baroin lors d'un meeting à Biguglia.

Rassembler les électeurs, oui, mais comment ? Face à une droite parfois divisée, dans la 2e circonscription Haute-Corse, Stéphanie Grimaldi insiste sur l'ambiguïté de ses concurrents directs :

"Pour moi, la candidature de Francis Giudici est la plus totale ambiguïté, de la même manière que celle de Macron et c'est normal puisqu'il en a l'investiture. Quant à Jean-Martin Monadologie, j'avoue que la notion de droite régionaliste ou droite corsiste, je ne sais pas ce que cela veut dire."

Contrairement à la campagne des autres candidats LR en Corse, celle de Stéphanie Grimaldi est qualifiée de difficile.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Interview Gilles Simeoni - Femu a Corsica

Près de chez vous

Les + Lus