Calvi : Gilles Brun jugé par le tribunal de Bastia pour prise illégale d’intérêts

L’ancien président de la communauté de commune de Calvi-Balagne, déjà condamné en 2015, est poursuivi pour avoir favorisé l’entreprise de son beau-frère dans l’attribution de marchés publics.

Par France 3 Corse ViaStella

La justice reproche à Gilles Brun d'avoir favorisé l'entreprise EGDC, dont son beau-frère René Navarro-Flores est le gérant, dans l'attribution de plusieurs marchés publics, entre 2012 et 2015.

Cinq marchés sont concernés. Notamment l'aménagement de la voirie de l'aire d'accueil des gens du voyage de Calvi, la réalisation d'un complexe sportif, ou un parcours santé à Aregno. Le montant total dépasse les 700.000 euros. 

Selon l'accusation, Gilles Brun aurait participé à plusieurs délibérations de la commission d'appel d'offres et du conseil communautaire afin d'attribuer ces marchés à son beau-frère.

"Exemple navrant des affaires faites en famille"

Le procureur de la République, dans son réquisitoire, estime qu'il s’agit d' « un exemple navrant des affaires faites en famille ».

Pour sa défense, Gilles Brun affirme qu’il ne savait pas qu'il ne devait pas participer aux délibérations. Il argue de son ignorance et de sa bonne foi, même quand la présidente s'étonne de sa méconnaissance des règles alors qu'il était à l'époque des faits (entre 2012 et 2015) élu depuis plusieurs années déjà - depuis 2008.

Inéligibilité

Il réclame ainsi une peine de 18 mois d'emprisonnement avec sursis, 15.000 euros d'amende et une nouvelle inéligibilité de 5 ans pour ne pas lui permettre de refaire de la politique.

Pour le beau-frère, René Navarro-Flores, il requiert 18 mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende ainsi que la confiscation définitive des sommes saisies à titre conservatoire dans le dossier, d'un montant de 200.000 euros.

La défense a plaidé la relaxe. Le délibéré sera rendu le 9 mai.

L’histoire se répète et se ressemble

Gilles Brun a déjà été condamné en décembre 2015 pour abus de biens sociaux et fraude fiscale. La justice reprochait à Gilles Brun d'avoir participé à une délibération du conseil municipal de Calvi qui actait la vente de trois parcelles sur cette commune.

L'un de ces terrains est revenu au fils de Gilles Brun et une maison y a été construite par … un autre beau-frère de M. Brun : Francis Navarro-Florès. Il était poursuivi pour blanchiment de fraudes fiscales.

Gilles Brun était lui condamné en 2015 à 3 ans de prison, dont un an ferme, pour blanchiment et prise illégale d'intérêts.

A lire aussi

Sur le même sujet

Avec le festival « Mi ! », l’AC Ajaccio veut diversifier ses activités

Près de chez vous

Les + Lus