Centre Corse cherche médecin désespérément

Centre Corse cherche médecin désespérément / © FTVIASTELLA
Centre Corse cherche médecin désespérément / © FTVIASTELLA

Dans le Centre Corse, la fermeture imprévue d'un cabinet médical cet été a mis en lumière la pénurie de médecins généralistes. D'Albertacce à Venaco, ils sont huit. La moitié a plus de 60 ans et pas de successeur désigné.

Par France 3 Corse ViaStella

Le Centre Corse compte 8 médecins généralistes pour 12 300 habitants, bien moins que la moyenne régionale. Six ont leur cabinet à Corte, une dans le Niolu, un autre à Venaco : c'est le docteur Brochard.

Depuis quatre ans et demi, ce médecin consulte au cabinet le matin et à domicile l'après-midi. Jusqu'à 45 patients par jour, de tôt le matin à très tard le soir. Mais cette vie de médecin de campagne, le docteur Brochard l'a choisi. Sans illusion sur ses inconvénients et son manque d'attrait pour la jeune génération.

Corte n'échappe pas au phénomène. Son centre-ville, son hôpital et son université sont de vrais atouts pour un jeune médecin qui voudrait s'installer. La patientèle est là. Mais rien n'y fait. Les généralistes peu nombreux, sont débordés, et ne trouvent pas de successeur.

Centre Corse cherche médecin désespérément
Docteur Marc Brochard, médecin généraliste; Christian Campana, secrétaire général adjoint de l'Ordre des médecins de Haute-Corse; Xavier Pieri, coordonnateur des Professionnels de Santé libéraux, Agence régionale de santé (ARS); Liliane Berti, directrice adjointe de l'Institut universitaire de santé; Marion Delbosco, étudiante en médecine - France 3 Corse ViaStella - Emilie Arraudeau, Tarik Khaldi, Julie Roeser

L'Agence régionale de Santé a lancé un diagnostic du territoire. Sans considérer  le centre comme un désert médical, l'ARS admet que la situation est problématique. Notamment parce que les professionnels de santé du cortenais, déjà moins nombreux qu'ailleurs, y sont aussi plus âgés.

Des futurs médecins, il s'en forme pourtant à Corte. Depuis l'ouverture en 2004 de la première année de médecine à l'université, une vingtaine d'anciens étudiants se sont installés en tant que généralistes en Corse. Mais pas un seul dans le centre.

Sur le même sujet

Territoriales "Il faut une alternative à l’offre nationaliste", Francis Guidici

Près de chez vous

Les + Lus