Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Corse - Tommy Recco veut sortir de prison

Tommy Recco, lors de son procès à Draguignan le 06 juin 1983. / © ERIC GAILLARD / AFP
Tommy Recco, lors de son procès à Draguignan le 06 juin 1983. / © ERIC GAILLARD / AFP

La demande d'aménagement de peine du criminel d'origine corse, Joseph-Thomas Recco alias Tommy Recco, deux fois condamné à la réclusion à perpétuité pour sept meurtres commis entre 1960 et 1980, a été examinée vendredi. Sa dernière demande a été rejetée en 2014.

Par E. Arraudeau / France 3 Corse ViaStella

Tommy Recco sortira-t-il un jour de prison ?

Reconnu coupable de sept meurtres, condamné à mort, puis deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité, l’octogénaire a déposé fin janvier une nouvelle demande de libération conditionnelle. La cinquième en douze ans.

Sa requête devait être examinée le 27 janvier. Mais l’audience a été renvoyée, car le condamné n’était pas encore passé devant la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté.

Composée notamment de magistrats et d’expert psychiatre et psychologue, elle statue en particulier sur la dangerosité du requérant. Son avis est indispensable pour permettre au juge d’application des peines de prendre sa décision.

La nouvelle demande de liberté conditionnelle de Tommy Recco, qui demande un placement sous surveillance électronique (PSE), a été examinée vendredi 19 mai. La décision a été mise en délibéré au 6 juillet. 

Le criminel d'origine corse, Joseph-Thomas Recco alias Tommy Recco, a été condamné à deux fois à la réclusion à perpétuité pour sept meurtres commis entre 1960 et 1980.  / © ERIC GAILLARD / AFP / FTVIASTELLA
Le criminel d'origine corse, Joseph-Thomas Recco alias Tommy Recco, a été condamné à deux fois à la réclusion à perpétuité pour sept meurtres commis entre 1960 et 1980. / © ERIC GAILLARD / AFP / FTVIASTELLA

Sept meurtres dont celui d’une petite fille

Dès 1985, deux ans seulement après sa dernière condamnation à perpétuité, Tommy Recco avait déjà tenté d’être libéré.

La première d’une longue liste de demandes, toutes rejetées, pour les mêmes motifs : son état de santé, à chaque fois jugé compatible avec la détention, mais aussi et surtout en raison de sa dangerosité. Il faut dire que l’homme affiche un macabre curriculum vitae : il a été reconnu coupable de sept meurtres dont celui d’une enfant.

Son parcours criminel – connu ! - débute en 1960 dans sa ville natale de Propriano. Alors âgé de 26 ans, Joseph Thomas Recco abat son propre parrain, garde maritime qui l’a surpris en train de pêcher à la dynamite avec son frère.

Ce premier meurtre dessine déjà ce qui caractérisera les suivants : maîtrise, violence et phénoménale disproportion entre la situation et la réaction du criminel. En plus des coups de fusil, le meurtrier achèvera son parrain à coups de pierre. Pour une infraction à la règlementation sur la pêche.

Ce meurtre vaut à Recco une condamnation à mort en 1962. Sa peine est ensuite commuée en détention à vie... Une perpétuité finalement réduite dans les faits à 17 ans de prison. En 1977, il sort donc : il n’attendra pas deux ans avant de faire de nouveau couler le sang.

Le 22 décembre 1979, Tommy Recco abat froidement, d'une seule balle dans la tempe, trois jeunes caissières d’un hypermarché de Béziers. Pour voler la caisse. A peine trois semaines plus tard, à Carqueiranne, lors d’une dispute, il tue 3 personnes dont une fillette de 11 ans, Sandrine.

Corse : Tommy Recco veut sortir de prison
Maître Etienne Nicolau, parties civiles ; Tommy Recco, cour d'assises de Draguignan, 1983 ; Maître Etienne Nicolau, parties civiles, conseil de Guy Maurel  - France 3 Corse ViaStella - Emilie Arraudeau, France 3 Montpellier


Condamné à perpétuité en 1983

Le sang-froid, la méthode et l’arme utilisée conduisent les enquêteurs à rapprocher cette affaire de celle de Béziers. Recco est arrêté. Il avoue, puis se rétracte. Ses cris d’innocence outragée sont sans effet sur la cour d'Assises de Draguignan : le 22 juin 1983, il est condamné à perpétuité.

Depuis, en plus du chagrin, les familles de victimes vivent dans la hantise de le voir un jour libre. De réels problèmes de santé pourraient le lui permettre, comme cela a été le cas pour son frère.

En 2010, la peine d'Antoine Recco, condamné en 1986 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de deux touristes, a été suspendue pour raisons médicales. Antoine Recco avait alors 81 ans, dont 27 passés sous les verrous.

Aujourd’hui âgé de 82 ans, Tommy Recco a passé les deux tiers de la vie derrière les barreaux.

Sur le même sujet

Une charte pour favoriser l’emploi local en Corse

Près de chez vous

Les + Lus