Après 40 ans de contestations, le 13 décembre 2015, les nationalistes corses rassemblés remportent les élections territoriales : « Tamanta strada ! »... Un documentaire de Jean-Baptiste Prédali à découvrir en avant-première sur le web en cliquant ici. Diffusion ce vendredi 9 décembre à 20h35 sur France 3 Corse ViaStella.

A strada fatta, è quella chì ferma à fà…
Le chemin parcouru et celui qu'il reste à parcourir...

U 13 di dicembre di u 2015, l’unione di i naziunalisti li hà permessu di vince l’elezzione terriuriale. Dopu à 40 anni di cuntestazione sottu à tutte e forme, u muvimentu ghjugne à u putere : Gilles Simeoni diventa Presidente di u Cunsigliu Esecutivu, è Jean-Guy Talamoni hè elettu Presidente di l’Assemblea : « Tamanta strada ! ».

Le 13 décembre 2015, les nationalistes corses rassemblés remportent les élections territoriales. Après 40 ans de contestation sous toutes ses formes, ce mouvement parvient au pouvoir : Gilles Simeoni devient président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale, tandis que Jean-Guy Talamoni est élu président de l’Assemblée : « Tamanta strada ! ».

Tamanta Strada - Teaser

Sommaire

Le pitch - Où voir le documentaire ? - Les chapitres - L'interview de l'auteur

In stu ducumentariu, l’attori stessi è uni pochi d’osservatori di stu cambiamentu ammentanu ste ghjurnate di primura di dicembre di u 2015 è stu primu annu à u putere…Di pettu à u Statu, di pettu à e crise suciale è di sucetà chì toccanu l’Isula, chì anu fattu ? Comu campanu a
so respunsabilità pulitica ? Comu gestiscenu u putere ? È, per allargà, chì diventa un muvimentu di cuntestazione quand’elli sò eletti i so militanti, è quand’è l’ideali impettanu à nantu à a realità ?

Dans ce documentaire, acteurs et observateurs de ce changement reviennent sur ces journées décisives de décembre 2015 et sur une année d’exercice des responsabilités politiques. Face à l’Etat, face aux crises sociales et sociétales que connaît la Corse, comment les nouveaux responsables politiques de la Corse se sont-ils comportés ? Comment vivent-ils la gestion du pouvoir ?  Et plus largement, qu’advient-il d’un mouvement contestataire lorsque ses militants deviennent des élus, et lorsque les idéaux se retrouvent confrontés à l’épreuve de la réalité ?

Un film écrit par Jean-Baptiste Predali,
réalisé par Jean-Baptiste Predali et Emmanuel Cardi, 
produit par Jean-Jacques Torre.
Musique originale de Pierre Gambini.
Une coproduction Intervista Prod, Mécanos Productions, France 3 Corse ViaStella, avec le soutien du Centre National de la Cinématographie.


Avec les témoignages de : 
  • Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse.
  • Jean-Guy Talamoni, Président de l'Assemblée de Corse.
  • Jean-Christophe Angelini, Conseiller Exécutif, Président de l'Adec.
  • Maria Giudicelli, Conseillère territoriale (Prima a Corsica).
  • Jean-Martin Mondoloni, Conseiller territorial (Le Rassemblement).
  • Edmond Simeoni.
  • Marc Simeoni.
  • Rita Scaglia, photographe.
  • Ariane Chemin, journaliste, Le Monde.
  • Antoine Albertini, journaliste, Corse-Matin.
  • Jean-Vitus Albertini, journaliste, France 3 Corse ViaStella.
  • Andria Fazi, Maître de Conférence en Science Politique.

Sommaire

Le pitch - Où voir le documentaire ? - Les chapitres - L'interview de l'auteur


Tamanta Strada - BA


Sommaire

Le pitch - Où voir le documentaire ? - Les chapitres - L'interview de l'auteur

Les chapitres

A vittoria - La victoire

13 di dicembre di u 2015 : a carta di Francia in télévisiò hè spartuta in dui culori: rosulu per u Partitu Sucialistu  è turchinu per I Repubblicani. A Corsica ferma…grisgia, chì hà sceltu una altra via, chì ùn era prevista, quella di i naziunalisti.
17 di dicembre : una Assemblea piena à tappu, camerà in ogni scornu, sciaccamanate, abbracci, u « Diu » chì rimbomba.. È u dettu di Gilles Simeoni in u so discorsu d’apertura : "Oui, cela a été un long, très long chemin... Tamanda strada". Sta prima seenza di st’Assemblea nova nova incalca u principiu d’una mandatura qualificata di storica.

13 décembre 2015, la France se divise en deux couleurs : rose pour le "Parti Socialiste", bleu pour "Les Républicains" et... Gris pour la Corse qui a choisi une autre voie, celle des nationalistes.
17 décembre 2015, un hémicycle plein à craquer, des caméras, des embrassades, applaudissements, le " Dio vi Salvi Regina" qui surgit des tribunes et une expression, celle de Gilles Simeoni en clôture de son discours inaugural : "Oui, cela a été un long, très long chemin... Tamanda strada". Cette première séance de la toute nouvelle assemblée marque le début d'une mandature qualifiée d'historique.


Bonus Vidéo

Le chemin vers la victoire, vu par ses protagonistes et un premier bilan fait par les journalistes politique insulaires

Tamanta strada - Bonus n°1
Repas et ambiance conviviale entre les conseillers exécutifs
Tamanta strada - Bonus n°2

Di pettu à u Statu - Face à l'Etat

Da un latu, i scopi è revindicazione di Gilles Simeoni è Jean-Guy Talamoni – cuufficialità di a lingua corsa, statatu di residente, allarghera di a cumpetenza di a Cullettività Territuriale di Corsica, neguziati à nantu à a cullettività unica… Da l’altra, cum’ellu si hè vistu per a visita di Manuel Valls in Corsica di lugliu scorsu, u « innò » francu è chjaru di u guvernu. Chì strategia mette in ballu u coppiu di l’Assemblea nova ? Comu face u Presidente di l’Esecutivu per cunturnà i ricusi ?

D'un côté, les revendications et enjeux soutenus par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni - co-officialité de la langue corse, statut de résident, élargissement des compétences de la Collectivité Territoriale de Corse, négociations sur la collectivité unique... De l'autre, à l'instar de la visite d'Emmanuel Valls en Corse en juillet dernier, une fin de non-recevoir du gouvernement. Quelles stratégies le binôme de la nouvelle Assemblée met-il en place ? Quelles sont les actions de contournement entreprises par le Président de l'Exécutif ?

A prova di u putere - L'épreuve du pouvoir

"Dimanche 13 décembre 2015, le suffrage universel a parlé. Les Corses se sont exprimés. Ils ont choisi [...] de rompre avec le système politique ancien". Discorsu d’apertura di Gilles Simeoni, u 17 di dicembre di u 2015. Principia a mandatura in un cuntestu assai difficiule (affare di i « Jardins de l'Empereur » in Aiacciu, gestione di u mullizzu, greva di i trasporti marittimi, pulemica à nantu à buggettu…) è u duettu Simeoni-Talamoni hè messu à a prova di un putere chì vole rompe cù e pratiche di l’anzianu sistema…
Un annu dopu, averà cambiatu o infurzatu l’idee è e prumesse di Gilles Simeoni l’esercitazione di u putere ?
Comu mette in pratica u Presidente di l’Esecutivu a so vuluntà di rompa cù l’usi dinunziati da i naziunalisti da sempre cum’è u clientelisismu ? Da u puntu di vista umanu è puliticu, comu si campa cù alleati di più radicali, com’è Ghjuvanguidu Talamoni ?

"Dimanche 13 décembre 2015, le suffrage universel a parlé. Les Corses se sont exprimés. Ils ont choisi [...] de rompre avec le système politique ancien". Discours inaugural de Gilles Simeoni, le 17 décembre 2015. Un début de mandature qui se déroule dans un contexte difficile (l'affaire des Jardins de l'Empereur à Ajaccio, la grève des transports maritimes, la gestion des déchets, la polémique sur le déficit budgétaire de la collectivité) et où le tandem Simeoni-Talamoni doit prendre ses marques dans l'exercice d'un pouvoir qui veut rompre avec l'ancien système.
Un an après, l'exercice du pouvoir a-t-il changé ou conforté les idées et promesses de Gilles Simeoni ? Comment met-il en pratique sa volonté de rompre avec les coutumes du passé dénoncées par les nationalistes, comme le clientélisme ? Comment compose-t-il politiquement et humainement avec ses alliés les plus radicaux, comme Jean-Guy Talamoni ?


Sommaire

Le pitch - Où voir le documentaire ? - Les chapitres - L'interview de l'auteur

Interview de Jean-Baptiste Predali


Après une jeunesse corse et de brillantes études à Paris, Jean-Baptiste Predali a fait ses débuts de journaliste à France 3 Corse au milieu des années 80. Spécialiste de politique, il a poursuivi sa carrière à Paris, essentiellement au sein de France Télévisions, avant de se consacrer à la littérature et à la formation. Pourtant, Jean-Baptiste Predali est de ces Corses dont on ne sait si on doit les qualifier de "Corses de l'extérieur", tant la relation qu'ils entretiennent avec l'île est présente dans leurs parcours personnel, professionnel et artistique, bien au-delà des aspects affectifs. Ses trois romans, dont l'histoire contemporaine de la Corse est le théâtre en témoignent. Un regard tout à la fois de l'intérieur et pourtant distancié...

Comu hè ghjunta l’idea di stu filmu ?
Hè Ghjuvanghjacumu Torre è Intervista Prod chì m’ani prupostu d’avvicinà mi, fendu un ducumentariu, di l’evuluzioni pulitica di a Corsica da u mesi di dicembri scorsu. Hè vulinteri ch’e aghju accittatu, è à pocu à pocu emi pricisatu u prughjettu insemi, travagliendu à nantu à i tistimonii è u cuntinutu di u filmu…

Comment est venue l’idée de ce film ?
Jean-Jacques Torre et Intervista Prod  m’ont proposé d’observer, au travers d’un film, l’évolution politique que connaît la Corse depuis un an. J’ai accepté bien volontiers, et nous avons précisé le projet, en travaillant sur les intervenants et le contenu du film.


Comu l’eti urganizatu, u filmu ?
Mi paria di primura di vultà à nantu à a vittoria di i naziunalisti. À nantu à sti dui ghjurnati, chì sò punteddi segondu mè, di u 13 di dicembri di u 2015 –u ghjornu di l’alizziò tarrituriali-, è quidda di u 17 di dicembri, cù l’alizziò di dui prisidenti naziunalisti : Ghjuvanguiddu Talamoni pà l’Assemblea è Gilles Simeoni pà l’Esecutivu… Eppò mi sò dumandatu chì pudiani essa i raporti trà sta maghjurità pulitica nova è u Statu : raporti cumplicati, è assai alluntanati certi volti da i dichjarazioni di l’uni o di l’altri. Infini, u filmu cerca à capiscia, dopu à 40 anni di cuntestazioni è di storia straziata, com’edda si cumporta sta cualizioni naziunalista in l’esercitazioni di i so rispunsabilità novi.

Comment avez-vous organisé le film ?
Je souhaitais d’abord revenir sur la victoire nationaliste. Sur les deux journées, à mon sens décisives, du 13 décembre 2015 -jour du vote pour les élections territoriales-, et du 17 décembre, avec l’élection de deux présidents nationalistes, Jean-Guy Talamoni  pour l’Assemblée de Corse, et de Gilles Simeoni pour le Conseil exécutif de la CTC. Puis je me suis posé la question des rapports entre la nouvelle majorité politique l’Etat. Ce sont des rapports compliqués, et parfois d’ailleurs éloignés des déclarations des uns ou des autres. Enfin, le film se penche sur la façon dont cette coalition nationaliste, issue d’une contestation de 40 ans et d’une histoire tourmentée, se comporte dans l’exercice de responsabilités nouvelles.


Comu l’eti scelti i testimoni ?
Di sicuru, ci vulia ch’omu possi senta i dui prisidenti novi. Voltani pà a prima volta à nantu à a manera ch’edda ani avutu di campà a so alizziò, a so vittoria, è stu primu annu à u puteri. Ci sò ancu d’altri attori, chì sò uppunanti pulitichi. Eppò mi hè parsu ancu intarissanti d’avè u sguardu di certi osservatori, ghjurnalisti o spzialisti di pulitulugia, à nantu sti mumenti assignalati. Tistimunieghjani tutti di l’intensità di stu mumentu, ch’edda sia di sicuru da u puntu di vista puliticu, ma ancu da u puntu di vista simbolicu. E tutti ci dani a so lettura di st’annu cusì particulari.

Comment avez-vous choisi les intervenants du film ?
Il me semblait indispensable bien sûr que l’on puisse entendre les deux nouveaux présidents. Ils reviennent pour la première fois sur la façon dont ils ont vécu leur élection et leur année d’exercice du pouvoir. Mais d’autres acteurs interviennent aussi, comme des opposants politiques. Et puis il me paraissait aussi intéressant d’avoir sur ces instants particuliers le regard d’observateurs, journalistes ou politologues. Tous évoquent ces moments d’une grande intensité, politique bien sûr, mais aussi symbolique. Et tous proposent leur lecture de cette année politique particulière.


Chì hè u discorsu di u vostru filmu ?
Ciò chì hè sicuru, hè ch’ùn aghju circatu à fà un filmu chì palesi qualunqua verità ! Ciò chì mi intarissava prima era di veda a trasfurmazioni di sti militanti in rispunsevuli : una rivuluzioni culturali vera pà u muvimentu naziunalistu. Dopu, di fighjulà ciò chì si passa in Corsica, da u puntu di vista puliticu : sarà un « accidenti » alitturali o un muvimentu di fondu ? Eppò vuliu andà aldilà di l’attualità sola, pà pruvà d’inizià uni pochi d’accertazioni ma mancu à pena pà fà un bilanciu !

Quel est le propos de votre film ?
Ce n’est surtout pas un film à thèse ! Ce qui m’intéressait d’abord, c’était d’observer la transformation de militants en responsables : une véritable révolution culturelle pour le mouvement nationaliste. De regarder aussi ce qui se passe en Corse, du point de vue politique : s’agit-il d’un « accident » électoral ou d’un mouvement de fond ? Et puis je souhaitais dépasser la simple actualité pour tenter non pas de faire un bilan mais d’esquisser quelques constats.


Sommaire

Le pitch - Où voir le documentaire ? - Les chapitres - L'interview de l'auteur