Bastia : une grève à Air France samedi et dimanche

© MAXPPP - Franz Chavaroche
© MAXPPP - Franz Chavaroche

Trafic normal aujour'dhui à l'aéroport de Bastia-Poretta. La CGT Air France appelle à la grève à l'aéroport de Bastia. Le syndicat dénonce des manques d'effectifs et craint des suppressions de postes. La direction a envoyé des renforts pour qu'elle n'ait pas de répercussions.

Par France 3 Corse ViaStella

Les vols seront-ils perturbés ce week-end ? Non, selon la direction d'Air France. Pour le moment aucun vol n'est retardé, ni annulé.

Afin d'atténuer les effets de ce mouvement de grève, une stratégie a été mise en place par la direction.

"Tout d'abord nous gardons le personnel non-gréviste, il y en a peu mais il y en a. Effectivement, dans ces cas de figure, nous faisons appel à des renforts internes, et nous pouvons aussi faire appel à des ressources du continent ou d'autres escales", explique Jean-Marc Mevel, chef d'escale d'Air France.

Bastia : une grève à Air France samedi et dimanche
Intervenants : Jean-Marc Mevel, chef d'escale d'Air France; François Gaspari, secrétaire de section CGT Bastia d'Air France - France 3 Corse ViaStella - Solange Graziani, Marion Lompageu

La grève porte sur les effectifs au sol en haute saison. La direction d'Air France s'est engagée à embaucher par le biais d'une agence d'intérim, 14 personnes. 8 pour les enregistrements et embarquements, 6 pour le traitement de l'avion et des bagages.

Pour la section CGT Air France, cet effectif est insuffisant cet été, elle dénonce le manque de concertation avec le chef d'escale.

"Nous sommes prêts à travailler avec lui, à croire ce qu'il nous dit dans les conditions où ils nous apporte des preuves. Les preuves sont notamment le programme avion. Nous demandons à travailler avec la direction sur ce programme", affirme François Gaspari, secrétaire de section CGT Bastia d'Air France.

La grève de ce week-end concerne surtout Air France, Air Corsica, et Hop, soit 20 vols pour 2.900 passagers. 

Derrière cette fronde du syndicat CGT se cache une autre inquiétude, celle d'aboutir à des suppressions de postes ou des redéploiements de personnels dans le futur.

Sur ce sujet, la direction devrait entamer des négociations dans trois ou quatre mois.

Sur le même sujet

Aux sapeurs-pompiers de France, les Corses reconnaissants

Près de chez vous

Les + Lus