Environnement - U Levante, 31 ans de combat contre la spéculation immobilière

U Levante, 31 ans de combat contre la spéculation immobilière
Ange-Pierre Vivoni, maire de Sisco; Lisandru Plasenzotti, U Levante; Dominique Gambini, U Levante - France 3 Corse ViaStella - Sébastien Bonifay, Christian Giugliano

L'association, qui tenait samedi son assemblée générale, a fait le point sur les actions en justice menées en 2016. En 31 ans, U Levante est devenue un farouche adversaire de la spéculation immobilière.

Par France 3 Corse ViaStella

L'association, qui a été fondée en 1986 pour préserver la vallée de la Restonica, est devenue en quelques décennies l'un des fers de lance de la préservation du littoral. Et l'un des plus farouches adversaires de la spéculation immobilière.

En 2016, U Levante a mené vingt-trois actions en justice, dont dix-sept devant le tribunal correctionnel, et obtenu nombre d'annulations de permis de construire. Face à la spéculation immobilière, ses membres ont choisi l'intransigeance.

"En face, nous avons un certain nombre de personnes qui ont une vision de l’avenir qui est très dure également", explique Lisandru Plasenzotti.

"De moins en moins de personnes arrivent à se loger, de moins en moins arrivent à trouver des terrains pour produire. Il faut au bout d’un certain temps arrêter les conciliations et prendre des décisions claires."

Une position qui ne vaut pas que des amis à U Levante. En novembre dernier, les militants se réunissaient à Sotta, en soutien à l'une des leurs, visée par un attentat.

"La pression cela fait des années que nous l’avons, peut-être plus discrète c’est vrai, on venait vous taper dans le dos en vous disant ‘calme-toi’, mais nous on est là pour dire : Attendez, à tel endroit, il se passe des choses pas normales", rappelle Dominique Gambini.

En 2016, U Levante comptait plus de six cent adhérents. Malgré les pressions et la charge de travail, l'association, plus que jamais, reste mobilisée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Taxe d’habitation : en Corse, des maires de petites communes s’inquiètent

Près de chez vous

Les + Lus