Incendies à répétition : le coup de gueule des pompiers de Haute-Corse

Un pompier lors de l'incendie de Biguglia (Haute-Corse), le 24 juillet 2017 / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Un pompier lors de l'incendie de Biguglia (Haute-Corse), le 24 juillet 2017 / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Face à la multiplication des incendies, dont les origines sont souvent incertaines, les sapeurs-pompiers de la Haute-Corse ont fait part mardi de leur ras-le-bol, dans une "Lettre ouverte aux citoyens et aux incendiaires de Corse" que nous publions ici.

Par France 3 Corse ViaStella

"Devant les conditions météorologiques actuelles, tenant compte de la recrudescence des mises à feux dévastatrices de ces derniers jours, les sapeurs-pompiers de la Haute-Corse tiennent à exprimer leur révolte, leur inquiétude et actionnent la sirène pour que chacun entende, mesure, comprenne et agisse.

Soumis à une pression constante et interminable, nous vous alertons sur notre écœurement, notre épuisement, notre surexposition humaine et matérielle et pour vous faire prendre conscience que nous sommes en danger. Nous les intervenants, mais également les citoyens, les résidents et les touristes. Nous sommes en dangers car même le moindre départ de feu insignifiant peut aujourd'hui prendre des tournures dramatiques, il peut tout détruire et il peut tuer.

Nous ne sommes plus dans des conditions de lutte normales, habituelles. Les vitesses constatées de propagation des incendies, même sans vent, dépassent toute référence. Nous sommes dans un environnement de grande vulnérabilité qui, au contact du moindre feu, devient d'une grande hostilité. Nous vivons tous dans cette poudrière, qui explosera si l'on continue de la sorte.

Alors inconscient, imprudent ou malheureusement criminel, prends la mesure de ce que tu fais ou envisages de faire. Il arrivera un moment où nous serons en retard, où nous aurons moins de moyens, moins de chance aussi, Peut être également plus d'eau pour éteindre, ou ne nous pourrons pas venir parce que nous serons engagés sur une autre mission, peut-être celle de sauver un de vos proches qui attendra l'arrivée de notre échelle, de notre ambulance ou de l'hélicoptère.

Alors qu'on se le dise même si « courage et dévouement » sont nos moteurs, personne ne mérite d'être blessé, brûlé ou tué. Les contraintes budgétaires, les crédits d'investissement en baisse,  l'absence de moyens aériens adaptés à la Corse en nombre et qualité suffisantes, la désertification des zones rurales, le mauvais entretien, l'absence de débroussaillement des zones en périphérie des maisons, la raréfaction de la ressource en eau dans nos villages sont autant de facteurs aggravants qui impactent directement et durablement les services de PREVENTION et de lutte.

Nous profitons de l'occasion pour  vous remercier de vos nombreux témoignages de soutien et de solidarité. Mais au-delà, aidez-nous à faire en sorte que la pression ne soit pas seulement supportée par les acteurs de la sécurité civile, par les élus de proximité et les populations. La pression doit changer de camp, elle doit peser sur ceux qui détruisent la Corse par le feu et qui préparent les catastrophes induites, des dégâts des eaux de l'automne.

Attention, même si nous restons déterminés et à votre service sans réserve, nous sommes fatigués, sur sollicités, sous équipés et sur exposés. Nous vous aurons au moins prévenu, cette année plus que jamais rien n'est prévisible, tous prenons en conscience et vous éviterez ainsi de pointer les sauveteurs ou de pleurer sur leur sort si le DRAME ANNONCÉ SE PRODUIT.

Enfin, à 48 heures d'un coup de vent nous lançons un appel à toute la population, bienveillante à notre endroit depuis toujours : Nous avons besoin de vous. Votre rôle dans la surveillance active et la dissuasion des incendiaires reste irremplaçable, essentielle particulièrement dans une société de citoyens engagés et responsables que nous appelons tous de nos voeux.

Simu fatti per SALVA micca per soffre di ferite, ancu più pocu per more di a pazzia di l'omu."

Sur le même sujet

Territoriales "Il faut une alternative à l’offre nationaliste", Francis Guidici

Près de chez vous

Les + Lus