Les enjeux du second tour en Corse

Triangulaire dans la 1ère circonscription de Haute-Corse, duels dans les trois autres circonscriptions.

Par Grégoire Bézie

video title

video title

Législatives, la CAPA clé du scrutin ajaccien ?

Dans la première circonscription de Corse du Sud, l'écart entre Laurent Marcangelli de droite et Simon Renucci de gauche est faible. Outre le report de voix, le député sortant espère pouvoir compter sur plusieurs communes du pays Ajaccien qui représentent un quart des inscrits.

Deux candidats nationalistes seront présents au second tour des élections législatives dans deux des quatre circonscriptions de Corse, avec un classique duel droite-gauche dans les deux autres.

Mais sur l'échiquier du second tour deux inconnues : la mobilisation du corps électoral et le report de voix des candidats déchus au premier tour.

Les nationalistes confirment qu'ils sont devenus incontournables sur l'échiquier politique insulaire. Jean-Christophe Angelini et Gilles Simeoni sont arrivés deuxièmes dans deux des quatre circonscriptions de l'île, derrière les députés UMP sortant, Camille de Rocca Serra, à Porto-Vecchio et Sauveur Gandolfi-Scheit, à Bastia. Dimanche dernier, Jean-Christophe Angelini obtenait 21,23% des voix, distançant nettement les deux candidats de gauche tandis que Gilles Simeoni réalisait un score encore meilleur (24,73%), pointant  également devant le représentant de la gauche (PRG/PS), Jean Zuccarelli (23,55%), conseiller territorial et fils du maire de Bastia. C'est la première fois que des nationalistes réalisent de tels résultats à des législatives.

La partie se présente malgré tout serrée pour les deux responsables de Femu a Corsica, en raison de la difficulté à prévoir clairement les reports de voix sur leurs noms, après une abstention de l'ordre de 40% au premier tour. Ils pourront toutefois compter sur les voix de Corsica Libera qui a annoncé son soutien dans ces circonscriptions (8,03% à Porto-Vecchio et 3,27% à Bastia au premier tour). Malgré tout, la triangulaire bastiaise devrait permettre au docteur Sauveur Gandolfi-Scheit (UMP) d'assurer sa réélection. A Porto-Vecchio, l’absence de consigne de vote du candidat PRG/PS, Paul-Marie Bartoli éliminé au premier tour (16,81%), pourrait permettre au député sortant Camille de Rocca Serra (33%) de transformer l’essai en rassemblant son électorat.

Le député PRG de la deuxième circonscription de Haute-Corse voit l’avenir en rose. Le président de la Collectivité territoriale de Corse, Paul Giacobbi, est arrivé nettement en tête au premier tour (43,6%) et devrait être réélu sans difficulté dimanche face à la candidate UMP Stéphanie Grimaldi (24,78%). Peu à attendre du report des votes des deux candidats nationalistes éliminés, ayant obtenu près de 17% des voix, qui n’ont donné aucune consigne de vote pour le second tour dans cette circonscription.

Enfin, bien qu'éliminés également dans la première circonscription de Corse-du-Sud, les nationalistes (15,63% des voix) détiennent sans doute à Ajaccio la clé du second tour en raison du faible écart séparant le DVG Simon Renucci (29,39%), du candidat UMP Laurent Marcangeli (30,75%). Le député-maire sortant pourra toutefois compter dimanche sur les voix du candidat du Front de Gauche (7,57%), Paul-Antoine Luciani, son adjoint à l'hôtel de ville. Mais cela sera-t-il suffisant ?

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Élections territoriales : Jean-Charles Orsucci trouve porte close à Corte

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés