publicité

Loi Travail : 200 personnes devant la Préfecture de Bastia

L'intersyndicale et le STC étaient présents ce matin lors d'un rassemblement devant la Préfecture de Bastia. Environ 200 personnes étaient réunies pour protester contre le projet de loi El Khomri.

  • France 3 Corse ViaStella
  • Publié le 09/03/2016 | 11:56, mis à jour le 09/03/2016 | 17:53
Environ 200 personnes sont présentes devant la Préfecture de Bastia pour manifester contre la Loi Travail © France 3 Corse ViaStella

© France 3 Corse ViaStella Environ 200 personnes sont présentes devant la Préfecture de Bastia pour manifester contre la Loi Travail

"Travailler pour gagner moins", "Se faire virer plus facilement" : "Refusons la précarité à vie" peut-on lire sur les tracts de la CGT de la Haute-Corse. Comme un peu partout en France, un rassemblement a été organisé ce matin devant la Préfecture de Bastia. Environ 200 personnes étaient présentes autour de la CGT, FO et d'autres syndicats réunis en internsndicale ainsi que le PCF et le Front de gauche. Fait assez rare, le STC s'est joint au mouvement de protestation et était présent en délégation au rassemblement.

A Ajaccio, les manifestants seront présents devant la Préfecture un peu plus tard, à midi. 

La contestation contre la loi Travail se cristallise sur la réforme du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif. Deux mesures perçues comme des concessions au patronat, et qui font craindre une hausse des licenciements. 

 

Vers un CPE bis ?

Beaucoup évoquent la révolte contre le CPE, il y a dix ans, qui avait fait plier l'exécutif sur ce contrat "première embauche" destiné aux moins de 26 ans assorti d'une période d'essai particulièrement longue. François Hollande a joué l'apaisement mardi soir, expliquant que sa responsabilité était de "prendre toutes les décisions qui permettront aux jeunes d'avoir plus de stabilité dans l'emploi".

Pour la ministre du Travail Myriam El Khomri, les mesures lèveront la "peur de l'embauche" en CDI chez les employeurs en leur donnant davantage de "prévisibilité", et feront diminuer les contrats précaires.

Face à la bronca, avec notamment une pétition revendiquant plus d'1,2 million de signataires, le gouvernement a reporté au 24 mars la présentation du projet.

Hasard du calendrier, la SNCF et la RATP sont aussi en grève pour des motifs internes, liés aux conditions de travail et aux salaires. Mais Gilbert Garrel, numéro un de la CGT cheminots, appelle à "faire converger toutes les luttes".

Un autre rassemblement a eu lieu à Ajaccio. 
les + lus
les + partagés