Plan Exceptionnel d’Investissement : 1 milliard d’euros reste à utiliser

Plan Exceptionnel d’Investissement : 1 milliard d’euros reste à utiliser
Loïck Morvan, directeur des routes à la CTC; Jean-Félix Acquaviva, Président de l'Office des transports de la Corse; Jean-Baptiste Bartoli, directeur-général des chemins de fer de la Corse - Franec 3 Corse ViaStella - Solange Graziani, Pascal Alessandri, Jacques Antomarchi

La CTC n'a consommé qu'1 milliard sur les 2 prévus par le Plan Exceptionnel d'Investissement de 2002 (PEI). Ce mercredi 29 mars, l'Agence de financement des infrastructures de transport de France a fait une inspection. L'enjeu : obtenir les financements prévus en 2002.

Par France 3 Corse ViaStella

Le mini-tunnel de Casatorra est ouvert à la circulation depuis la fin de l'année 2016.  Quant à la deux fois deux voies de Furiani, les automobilistes devraient l'emprunter au cours du mois d'avril.

En revanche, la route qui permet de rejoindre Bastia par l'hôpital, devrait être mise en service dans cinq ans.

« Avec cet échangeur, c’est surtout l’amorce d’une nouvelle voie, une voie alternative à la RT11 qui sera la RT12. Ce sera une voie qui permettra de partir de ce rond-point jusqu’aux portes de Bastia », explique Loïck Morvan, directeur des routes à la CTC.

L'Agence de financement des infrastructures de Transport de France est venue constater l'avancement des travaux. Ces fonctionnaires détiennent les cordons de la bourse pour les infrastructures éligibles au PEI. Il reste encore de nombreux objectifs à réaliser.

« Par exemple, le ferroviaire peut permettre que le suburbain bastiais et ajaccien soit doté de trams-trains qui servent à la population par exemple. Ou sur les routes de l’intérieur, avoir un vrai investissement, par rapport au fait que nous avons eu à subir des intempéries, qui désenclavent les zones rurales », affirme Jean-Félix Acquaviva, Président de l'Office des transports de la Corse.

Les fonds du PEI ont déjà permis d'améliorer l'atelier de maintenance des chemins de fer de la Corse. Cette avancée permet de mieux affronter les enjeux du futur, selon Jean-Baptiste Bartoli, directeur-général des chemins de fer de la Corse : « Aujourd’hui, sur le périurbain de Bastia, nous avons entre Bastia et Casamozza, 46 circulations. Nous allons, à la rentrée de septembre, renforcer l’offre de fin de journée avec des navettes supplémentaires. Et l’arrivée de croisements supplémentaires dans les 5 ans à venir vont nous permettre d’avoir une fréquence de 20 minutes entre Bastia et Casamozza ».

Depuis 2002, la Collectivité Territoriale de Corse n'a consommé qu'un milliard d'euros sur les deux disponibles. La marge est grande entre les fonds du PEI prévus et ceux utilisés. 

Concernant les infrastructures routières, la CTC prévoit de récupérer au moins 600 millions d'euros.

Sur le même sujet

Festival Arte Mare : le prix « Hors les murs » lie milieu carcéral et culture

Près de chez vous

Les + Lus